Qui n’a jamais rêvé de réinventer la roue ? Avec Uptis, Michelin s’apprête à revoir les fondamentaux de cet objet dont la dernière rupture technologique date des années 1940 avec le pneu radial. Le pneumaticien français a imaginé un pneu sans air dont la bande de roulement est simplement tenue par une succession de lamelle en caoutchouc. Ces lamelles recréent la souplesse et l’amorti jusqu’ici assuré par la chambre à air.

Mêmes propriétés qu’un pneu classique

Présenté pour la première fois à Montréal en juin 2019, Uptis (pour Unique Puncture-proof Tire System) était cette fois disponible à l’essai au salon automobile de Munich. Montés sur une Mini, le bilan de cet essai est incontestable: on ne sent aucune différence. Bien entendu, il aurait fallu mettre ce pneu en difficulté, le pousser dans ses retranchements: freinage d’urgence, virage en épingle à cheveux… Mais chez Michelin, on assure que le pneu sans air apporte strictement les mêmes propriétés d’un pneu classique: adhérence au sol, longévité, résistance au frottement…

Michelin Uptis

Car Uptis n’est pas qu’un concept d’ingénieur rêveur, Michelin espère le commercialiser dès 2024. Le groupe français estime que 20% des crevaisons proviennent d’une pression insuffisante. « Sur un milliard de pneus crevés par an, cela permettrait de sauver 200 millions de pneus », explique un porte-parole du manufacturier clermontois. En outre, Uptis réduirait les frais de maintenance pour les flottes d’entreprises, et les coûts d’immobilisation de voitures aux pneus crevés.

Non reconnu juridiquement

Oui mais voilà, juridiquement, un pneu est nécessairement composé d’une chambre à air. Impossible d’homologuer Uptis en l’état de la réglementation européenne. Michelin a d’ailleurs dû demander une autorisation spéciale aux autorités Munichoises pour circuler dans les rues de la ville pour les essais.

D’autres pneumaticiens, comme le numéro un mondial Bridgestone, travaillent sur des projets de pneus sans air. Réunis dans un collectif européen appelé TRTO qui permet d’ajuster les standards, Michelin travaille avec plusieurs de ses concurrents sur un projet d’homologation d’une nouvelle typologie de pneus. Il faudra ensuite faire homologuer le pneu lui-même, convaincre les constructeurs… Puis le grand public. Le pneu sans air est au début de son histoire.