DÉCRYPTAGE

« Quand le bâtiment va, tout va » : l’adage est bien connu et si l’on regarde les chiffres qui viennent d’être publiés mardi, il y a de quoi être optimiste en cette rentrée 2021. La Capeb, le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment, annonce une croissance exponentielle au premier semestre, avec +37% par rapport à la même période l’an dernier, ce qui représente une remontée historique.

« Dynamique de rénovation »

S’il faut relativiser ce chiffre, avec quasiment aucune activité au premier semestre 2020, la dynamique de la reprise est bien là. Certains secteurs dépassent leur niveau d’avant crise : +2.2% dans la rénovation des logements, +3.3% dans la performance énergétique avec des carnets de commandes plein sur 111 jours, un record.

« Les gens sont dans une dynamique de rénovation et de remplacement de leurs appareils. Je crois qu’ils ont besoin de ça pour essayer d’en repartir », se réjouit Jeanine Adam, chauffagiste a Paris. « C’est plutôt rassurant de savoir que l’on va encore durer quelques années. »

Quel impact des pénuries ?

Le seul frein à cette dynamique reste le manque de matières premières, comme les chaudières, le bois, le béton ou encore l’acier. Une pénurie qui fait grimper les prix de 20% à 80%. Mais là aussi, la situation tend a s’améliorer. « Il semblerait que le deuxième semestre, avec la rentrée, stabilise un peu cette tension », analyse Jean-Christophe Repon, président de la Capeb. « On est patient et vigilant. Pour l’instant, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, est attentif à ce que ça ne dérape pas. » Si la pénurie se stabilise en effet, le bâtiment vise 26.000 créations d’emploi sur l’année 2021.



Source Europe 1