Le fondeur chinois SMIC a beau avoir été placé sur liste noire par les Etats-Unis, l’entreprise de pointe en matière de production de semi-conducteurs de l’Empire du Milieu ne s’avoue pas vaincue et annonce la construction de la première Gigafab de Chine. Un gros projet à 7,5 milliards de dollars.

Lire aussi : Pourquoi Intel pourrait racheter 30 milliards de dollars GlobalFoundries, les anciennes usines d’AMD

Reprenant la nomenclature de TSMC, une Gigafab est une usine qui lance la production d’au moins 100.000 wafers (les galettes de silicium) par mois. Si la Chine dispose déjà d’usines de mémoire de grande dimension, cette usine qui sera installée dans la zone de libre-échange de Lingang, à côté de Shanghai, sera la première spécialisée dans la production de processeurs (plus complexes à produire que la mémoire).

Lire aussi : SMIC, fleuron chinois de la production de semi-conducteurs, placé sur liste noire par les USA

Pas de procédé de pointe pour la Chine : privée des machines, logiciels, et chimies des Américains (Applied Materials, etc.) et des Européens (pas de machines EUV d’ASML), SMIC se concentre donc sur les procédés matures. L’usine pourra ainsi graver en 28 nm et plus.

Lire aussi : Joe Biden veut relancer la machine américaine à composants électroniques, son industrie veut des aides

Or, dans le contexte actuel de pénurie globale de semi-conducteurs, SMIC transforme sa mauvaise fortune de ne pas pouvoir produire aussi finement que TSMC et Samsung, en une future victoire. Les industries comme l’automobile, les équipementiers télécoms, etc. ont un besoin énorme de capacités de production entre 28 nm et 65 nm. Si tous les acteurs des semi-conducteurs investissent lourdement dans les procédés de pointe et continuent de développer les anciens nodes, le projet de SMIC est la seule Gigafab annoncée sur ces finesses.

À découvrir aussi en vidéo :

A découvrir aussi en vidéo :

Avec une demande qui augmente sur le 28 nm, SMIC va donc pouvoir prendre tout naturellement une grosse part du gâteau. Et permettre à la Chine de continuer, lentement mais sûrement, sa route sur le chemin de l’autonomie technologique.

Source : AnandTech



Source [ 01 Net]