Selon un rapport publié ce jeudi, les arrêts maladie ont augmenté de 21% entre 2014 et 2019.

Les arrêts maladie des fonctionnaires ont augmenté de 21 % en seulement cinq ans, entre 2014 et 2019, alerte la Cour des comptes dans un rapport publié jeudi. En moyenne, un agent posait 12 jours annuels d’arrêts maladie en 2019, contre 10 cinq ans plus tôt. Le total de ces arrêts « correspond à l’activité annuelle de 240.000 à 250.000 agents publics » et représente des rémunérations brutes chargées « comprises entre 11 et 12 milliards d’euros », ont calculé les magistrats financiers. « Ces arrêts fréquents ont des conséquences négatives à la fois sur le fonctionnement, l’efficacité, l’image et les coûts du service public », souligne la Cour dans ce rapport, réalisé à la demande de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Face à ce constat, l’institution de la rue Cambon appelle à « renforcer la maîtrise des arrêts maladie de courte durée » dans la fonction publique, en jouant notamment sur les mécanismes d’indemnisation. « La possibilité pour les employeurs publics de moduler certaines indemnités en fonction des absences doit être activée lorsque la fréquence des arrêts maladie est trop élevée ou le motif de pure convenance », recommande la Cour. Elle incite aussi les employeurs publics à renforcer le contrôle des arrêts courts et à développer les mesures de prévention, notamment contre les maladies saisonnières en proposant la vaccination sur les lieux de travail.

Outre la maîtrise des arrêts de courte durée, la Cour suggère aussi de « mettre en place un seul congé maladie longue durée en remplacement des congés de longue durée et de longue maladie », qui induisent selon elle « complexité de gestion pour les employeurs et confusion pour les agents ».



Source [Le figaro ]