La Grande Table critique : chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc… On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction.

Au sommaire de cette émission, deux nouveaux albums : Certified Lover Boy de Drake (Republic Records) et HEY WHAT de Low (Sub Pop).

Nos critiques du jour : Philippe Azoury, rédacteur en chef culture à Vanity Fair, et Olivier Lamm, journaliste et critique à Libération.

« Certified Lover Boy » de Drake (Republic Records)

Le 29 août dernier, Kanye West sortait en surprise, avec une semaine d’avance, son nouvel opus, Donda (GOOD Music, Def Jam), et prenait de court Drake, autre mastodonte du rap US, qui devait présenter le 3 septembre un album très attendu par ses fans, Certified Lover Boy, lequel partage avec la concurrence au moins deux caractéristiques : un très long format et des invités prestigieux. Trois ans après son dernier opus, Scorpion, Drake remporte-t-il la bataille ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

« HEY WHAT » de Low (Sub Pop)

Originaire de Duluth dans le Minnesota, le groupe Low est historiquement constitué d’Alain Sparhawk et son épouse Mimi Parker, mormons, actifs dans le rock depuis le début des années 90, fidèles partisans d’un rock minimaliste et lent, le slowcore.

HEY WHAT, leur treizième album, est leur deuxième en collaboration avec BJ Burton : de longues plages, des pistes qui souvent saturent ou se délitent…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

Egalement au sommaire La Grande Table critique : 

Le coup de coeur d’Olivier Lamm pour l’album Fire de The Bug (Ninja Tune) : 

« Le feu fait tout dans ce disque absolument furieux et plein de sens, le fuel et la raison d’être, abreuvant le verbe autant qu’il consume les cordes vocales des rappeuses (FFSYTHO, Moor Mother), des spitters grime (Manga Saint Hilare, Flowdan, Logan) et des toasters ragga (Daddy Freddy, Nazamba) qui se succèdent au premier rang des riddims apocalyptiques pour invoquer clashs, incendies, violences, insurrection. » Olivier Lamm 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix





Source [ France culture ]