, modifié à

La ministre des Sports Roxana Maracineanu pense déjà à Paris 2024 ! Invitée au micro d’Europe 1 à l’occasion de la fin des Jeux paralympiques de Tokyo, la ministre des Sports a fait savoir que la France était d’ores et déjà dans les starting blocks pour organiser l’événement et briller sur les podiums. Interview. 

INTERVIEW

L’horizon Paris 2024 n’a jamais semblé aussi proche… Tokyo a passé le relais à la capitale française, prochaine ville-hôte, dimanche, lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques. C’est à cette occasion que Roxana Maracineanu a répondu aux questions de Thomas Lequertier sur Europe 1. Galvanisée par les excellents résultats de l’équipe de France paralympique, qui repart avec pas moins de 54 médailles, la ministre des Sports s’est projetée avec enthousiasme vers Paris 2024.

Être à la hauteur au niveau de l’organisation et des résultats

« C’est à nous de jouer ! », a-t-elle lancé. « Nous sommes là, au complet pour reprendre le flambeau. Trois ans nous séparent des Jeux olympiques et paralympiques en France. Il faut qu’on puisse être à la hauteur, aussi bien au niveau des résultats qu’au niveau de l’organisation de ce grand événement sportif planétaire ». Pour ce qui est des résultats, Roxana Maracineanu fait entièrement confiance aux athlètes français, qui ont travaillé dur et raflé de nombreuses médailles à Tokyo, 33 aux olympiques, et 54 aux paralympiques.

« Olympisme et paralympisme ne font qu’un » 

Mais il reste encore beaucoup de pain sur la planche. La ministre des Sports a en en effet fait savoir qu’elle souhaitait qu’il y ait plus de liens entre les Jeux paralympiques et olympiques. « On sait la direction à suivre pour Paris 2024 », a-t-elle assuré au micro de Thomas Lequertier. « Il faudra montrer qu’olympisme et paralympisme ne font qu’un ». Roxana Maracineanu s’était déjà exprimée à ce sujet lors d’une conférence de presse à Tokyo. « Il y a un tiers (des sports français revenus sans médailles des Jeux paralympiques, ndlr) qu’on doit encore accompagner pour qu’il y ait plus de liens entre la partie olympique et paralympique », avait-elle souligné. « On l’a lancée là avant Tokyo, il faut qu’elle devienne une vraie réalité au quotidien. Et pas seulement au moment des Jeux olympiques et paralympiques mais bien tout au long des trois ans qui viennent ». 

La nécessité de l’accompagnement des sportifs

La ministre des Sports a par ailleurs souligné qu’il manquait encore trois sports paralympiques pour que le compte soit bon d’ici 2024. Mais pas de panique, tout est déjà prévu ! « On rajoutera le basket fauteuil, le volley assis et puis le goal ball, qui est un sport pour les malvoyants et les non-voyants », a-t-elle affirmé avant d’insister sur la nécessité de l’accompagnement « mental, physique et financier » des athlètes en marge de la compétition. Il n’y a plus qu’à ! 



Source [ Europe 1 ]