Le RN veut occuper l’espace tant que la droite ne s’est toujours pas entendue, ni sur un candidat, ni même sur la bonne méthode pour le départager.

«Il ne reste plus qu’à appuyer sur le bouton.» L’entourage de Marine Le Pen l’assure: tout est prêt pour enfin lancer sa troisième campagne présidentielle. Le top sera donné au «20 Heures» de TF1 dimanche soir, à l’issue d’un conseil national du Rassemblement national, réuni ce week-end à Fréjus dans le Var. Une tradition à chaque rentrée depuis 2018. C’est lors de ce même raout que la patronne laissera officiellement, pour le temps de la présidentielle, les rênes de son mouvement à son dauphin: le jeune vice-président du RN, Jordan Bardella. Un geste imaginé pour souligner le dépassement par la candidate de son propre parti. Tant pour séduire au-delà que pour se mettre désormais à la même altitude que son principal adversaire: Emmanuel Macron.

Alors que l’exécutif coule une rentrée dorée, marquée tant par une reprise économique surprise que par une décrue de l’épidémie, l’entourage de Marine Le Pen trépigne: «On a intérêt à occuper le terrain! Il faut prendre de vitesse tous ces candidats

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]