La quercétine, ce puissant flavonoïde naturellement présent dans le monde végétal, suscite de longue date l’intérêt des scientifiques, à la fois pour son potentiel d’interception des radicaux libres et pour ses nombreuses vertus physiologiques.

Contenu conçu et proposé par

Les études menées sur cet ingrédient sont très encourageantes, mais les scientifiques se demandent néanmoins s’il est absorbé par notre organisme dans des proportions réellement suffisantes pour pouvoir espérer un impact physiologique significatif. Que ce soit dans les sources alimentaires (comme l’oignon ou le poivron) ou dans les sources nutraceutiques (extrait de la plante Sophora japonica par exemple) sa biodisponibilité semble être très limitée.

Comment, dans ces conditions, bénéficier de ses effets prometteurs?

Le laboratoire français Nutrixeal apporte désormais des solutions technologiques innovantes pour soutenir l’assimilation intestinale de la quercétine. Revenons rapidement sur les caractéristiques de ce flavonoïde et sur les difficultés liées à son assimilation pour comprendre les améliorations significatives permises par les optimisations galéniques Nutrixeal.

La quercétine appartient à une famille de puissants antioxydants

Les flavonoïdes constituent une famille d’actifs particulièrement reconnus dans l’univers nutraceutique, notamment pour leur action antioxydante. Au même titre que la baïcaline par exemple, actif principal de la scutellaire, la quercétine est une molécule emblématique de cette famille de composés.

Ces pigments, synthétisés naturellement par les végétaux, sont souvent à l’origine de leur couleur. Ainsi, la quercétine a une couleur jaune vif très caractéristique. Au sein des végétaux, les flavonoïdes sont bien souvent impliqués dans les mécanismes de défense des plantes et leur permettent ainsi de faire face à différentes sortes d’agressions extérieures (rayons UV, prédateurs, maladies,…).

Parmi les flavonoïdes aux vertus reconnues, on retient également les OPC (oligoproanthocyanidines), très présents dans les raisins ou encore dans le Pycnogenol®, un extrait breveté de pin des Landes. Ces OPC ont démontré des bénéfices dans des domaines très divers de la santé (circulation, action antioxydante, santé cardio-vasculaire, vision…). Si à l’heure actuelle la quercétine ne fait pas encore l’objet d’allégations santé autorisées, les études scientifiques sur ses applications potentielles sont très nombreuses et prometteuses. La quercétine est désormais considérée au sein de la communauté scientifique comme l’un des flavonoïdes les plus puissants.

La structure chimique de la quercétine, particulièrement représentative des flavonoïdes, lui confère en effet un très fort potentiel antioxydant. Les radicaux libres, également appelés espèces réactives de l’oxygène, qui s’accumulent dans notre organisme du fait de notre activité métabolique mais également à cause de facteurs extérieurs comme la pollution, représentent une menace pour notre santé. Lorsque les défenses antioxydantes de notre organisme ne sont pas assez fortes pour éliminer ces radicaux libres, le stress oxydant généré peut avoir des effets délétères très importants sur nos cellules. La protection antioxydante de nos cellules est donc l’un des enjeux majeurs en nutraceutique et l’une des caractéristiques principales des actifs appartenant à la famille des flavonoïdes.

Des formes très variées selon les sources

Étant très présente dans les végétaux, la quercétine peut donc être consommée via notre alimentation. On en trouve des teneurs particulièrement élevées notamment dans les oignons rouges, les piments ou les poivrons.

Malgré tout, il est nécessaire de consommer des quantités très importantes de ces aliments pour espérer atteindre des taux sanguins similaires à ceux pris en compte dans les études scientifiques. Dans les végétaux, la quercétine est par ailleurs souvent complexée à des sucres. On dit que les végétaux contiennent des formes glycosylées. Ces dernières sont cependant difficilement assimilables par notre organisme.

En revanche, dans les compléments alimentaires, on trouve une forme de ce flavonoïde débarrassée de tout résidu sucré. On parle alors de la forme aglycone. Des extraits purifiés, réalisés à partir de végétaux tels que la plante Sophora japonica, constituent donc une solution pertinente pour un apport significatif en quercétine aglycone. Cette forme possède des avantages par rapport aux formes glycosylées de l’alimentation mais elle présente également quelques limites en termes de biodisponibilité.

Oignons rouges et Sophora japonica sont deux sources importantes de quercétine.
Oignons rouges et Sophora japonica sont deux sources importantes de quercétine. ©Nutrixeal

Face à ce constat, comment réussir à tirer correctement parti du potentiel physiologique du roi des flavonoïdes? Comment en optimiser l’efficacité dans les compléments alimentaires?

Cette problématique questionne depuis de nombreuses années le laboratoire Nutrixeal qui travaille à des optimisations galéniques permettant de solutionner ces difficultés d’assimilation. Voyons cela plus en détail…

La quercétine cumule beaucoup de handicaps en termes de biodisponibilité

La forme présente dans les végétaux passe difficilement la barrière intestinale

Dans les végétaux, ce flavonoïde est complexé à des sucres, ce qui lui confère une bonne solubilité dans l’eau et dans le bol alimentaire. Cette propriété est indispensable pour une bonne assimilation intestinale, mais n’est toutefois pas suffisante.

On estime en effet que sous cette forme conjuguée, la quercétine ne peut pas passer directement la barrière intestinale. Son absorption nécessite alors l’intervention préalable de nos enzymes intestinales (notamment la lactase, une enzyme déficiente chez une grande partie de la population mondiale, en particulier en France). Cette étape supplémentaire freine considérablement le processus d’assimilation.

La quercétine des compléments alimentaires est insoluble dans l’eau!

Sous sa forme aglycone, cet actif peut passer sans difficulté la barrière intestinale et cela sans l’intervention de nos enzymes. Cette forme est malheureusement insoluble dans l’eau et se disperse très mal dans le bol alimentaire, ce qui nuit fortement à son absorption.

Le potentiel d’action de la quercétine sur notre organisme est limité par sa faible biodisponibilité.
Le potentiel d’action de la quercétine sur notre organisme est limité par sa faible biodisponibilité. ©Nutrixeal

Le pari technologique du laboratoire Nutrixeal: une quercétine de nouvelle génération

Le laboratoire Nutrixeal pense avoir trouvé une solution technologique pour améliorer naturellement et efficacement l’absorption de la quercétine dans les compléments alimentaires, grâce à son expertise dans le domaine de la micronisation d’actifs, des émulsions et de la micro-encapsulation.

C’est ainsi qu’a récemment été lancé un complément alimentaire très innovant, baptisé IxeaBoost® , qui contient notamment une forme de quercétine micronisée, émulsionnée et micro-encapsulée, faisant l’objet d’une bien meilleure absorption intestinale.

En réduisant ainsi la taille des particules en dessous de l’échelle du micromètre (ou micron) et en encapsulant la quercétine à partir de fibres d’acacia, on obtient en effet un actif particulièrement hydrodispersible, c’est-à-dire beaucoup plus soluble dans le bol alimentaire. Le principal frein à l’assimilation de la quercétine aglycone est donc levé!

Dans le produit IxeaBoost®, cette quercétine nouvelle génération est associée à de la vitamine C liposomale, du zinc chélaté et de la vitamine D3 végétale micro-encapsulée, des ingrédients à l’action largement documentée, qui visent à soutenir la fonction immunitaire.

Avec cette nouvelle quercétine à haute absorption intestinale, Nutrixeal entend bien donner à ce flavonoïde de nouvelles applications nutraceutiques. Le laboratoire est d’avis que sa technologie innovante et écoresponsable, baptisée CapsuGreen® pourrait bien révolutionner le marché des compléments alimentaires dans les prochaines années.

Micronisation et micro-encapsulation permettent d’améliorer considérablement la biodisponibilité des flavonoïdes.
Micronisation et micro-encapsulation permettent d’améliorer considérablement la biodisponibilité des flavonoïdes. ©Nutrixeal

Le laboratoire grenoblois a d’ailleurs fortement investi dans le développement de ces nouvelles technologies, en se dotant d’installations techniques ultras modernes: émulseurs à haute performance, lignes de micro-encapsulation et de séchage sous vide, instruments de mesure et d’analyse de pointe (HPLC couplé à la spectrométrie de masse, microscope à force atomique…)

Persuadé que l’avenir de la nutraceutique réside en grande partie dans la maîtrise technologique et l’innovation galénique, le laboratoire Nutrixeal n’hésite donc pas à investir résolument pour conforter son leadership dans ces domaines.


Contenu conçu et proposé par Nutrixeal. La rédaction du Figaro n‘a pas participé à la réalisation de cet article.




Source [ Le figaro ]