« Je suis une écologiste », Anne Hidalgo évoque la partie verte de son programme

La nouvelle candidate à l’Elysée est revenue sur cette partie de son programme. S’affirmant elle-même écologiste, elle a évoqué quelques lignes de ce qu’elle voulait mettre en place sur la question:

« Je pense que la crise climatique qui nous attend nous oblige à réagir très vite. Je propose qu’il y ai une plannification pour les cinq ans qui viennent, de mon quinquennat si je suis élue. Cinq années où il va falloir orienter notre industrie, notre économie, créer de nouveaux emplois dans l’écologie et les énergies renouvelables », affirme-t-elle en voulant également « accompagner » les travailleurs d’activités polluantes.

Alors, pourquoi ne pas se présenter à la primaire écologiste? Anne Hidalgo dit « respecter » le choix des Verts de choisir l’exercice de la primaire pour désigner son candidat, assurant « respecter tous ceux qui pensent avoir des propositions » à faire aux Français.

Candidate à la présidentielle, Anne Hidalgo assure qu’elle ne pouvait pas « échapper à cette responsabilité »

Une campagne « pour rassembler les Français et les Françaises ». C’est de cette manière qu’Anne Hidalgo a justifié sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. Invitée sur le plateau du JT de France 2 ce dimanche soir, l’actuelle maire de Paris s’est expliquée sur son changement de position par rapport à la course à l’Elysée:

« C’est vrai que je ne me projetais pas du tout dans cette candidature. Mais c’est vrai aussi que j’ai vu beaucoup de femmes, d’hommes, d’élus, de représentants d’associations, de Françaises, de Français, qui sont venues me dire ‘tu ne peux pas échapper à cette responsabilité qui est la tienne’. J’ai rassemblé et écouté, et je n’échappe pas à cette responsabilité. » a-t-elle justifié.

Quant à savoir si cette candidature se fera avec ou sans le soutien du Parti socialiste, la nouvelle candidate s’est dite « fidèle à sa famille politique » mais surtout « très libre », dans le but de « rassembler » le pays.

Marine Le Pen sur son affiche de campagne: « l’élection présidentielle n’est pas une élection de parti »

Invitée au JT de 20h de TF1 ce dimanche à commenter son affiche de campagne dévoilée il y a quelques jours, Marine Le Pen a expliqué l’absence de présence de son parti sur celle-ci:

« Il n’y a pas de mention du Rassemblement national parce que l’élection présidentielle dans la Ve République n’est pas une élection de parti. C’est la rencontre entre un homme ou une femme, et le peuple, donc c’est une relation directe qui s’instaure » s’est-elle expliquée.

Eric Zemmour ne sera « jamais un adversaire » pour Marine Le Pen

Invitée sur le plateau du JT de TFI ce dimanche, la candidate du Rassemblement national est revenue sur l’élection présidentielle de 2022 et le spectre d’Eric Zemmour, qui pourrait amoindrir la portée du parti d’extrême droite.

« Je ne peux en vouloir à ceux qui aiment la France », a tempéré Marine Le Pen, qui n’a pas repoussé l’idée d’une « union » possible avec le polémiste en vue de l’échéance électorale.

« Pour l’élection présidentielle de 2022, je soutiendrai le président », annonce Édouard Philippe

« Pour l’élection présidentielle de 2022 je soutiendrai le président de la République » pour des raisons de « loyauté » et de « cohérence », a annoncé Édouard Philippe sur TF1.

« La philosophie qui était celle du président de la République en 2017 de réformes, de dépassements, d’audace, de dépassement de la France (…) je pense que c’était des réformes qui allaient dans le bon sens », a-t-il expliqué sur Sept à Huit.

« Pour ces trois raisons, mon soutien sera complet au président de la République en 2022 », martèle l’ancien premier ministre qui ne cache pas vouloir « participer à la constitution de cette nouvelle majorité » si Emmanuel Macron est élu.

Marine Le Pen « prend ses distances avec le Rassemblement national et elle raison », estime Robert Ménard

Le maire de Béziers, invité sur notre antenne, est revenu sur la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle. Robert Ménard a profité de l’occasion pour lui prodiguer des conseils.

Il estime qu’il faut « qu’elle prenne ses distances » et « ses libertés face à un certain nombre de doxas, un certain nombre d’idées du Front national dont il faut qu’elle se sépare ».

« Bien sûr qu’elle prend ses distances avec le Rassemblement national et elle raison, si tu veux être élu aujourd’hui tu peux pas être l’élu d’un parti, ça n’existe pas, personne n’est l’élu d’un parti », a estimé le maire de Béziers pour qui il faut « en finir avec le Lepénisme ».

Christophe Castaner étrille Anne Hidalgo sur France 3

Le président du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, invité ce dimanche sur le plateau de « Dimanche en politique », a critiqué l’entrée en campagne d’Anne Hidalgo.

« Elle joue beaucoup, comme quand elle a écrit noir sur blanc aux Parisiens, ‘Je ne serai en aucun cas candidate à la présidence de la République’. Elle joue avec l’équité », a estimé Christophe Castaner.

Retour sur toutes ses déclarations dans notre article.

Anne Hidalgo candidate: pourquoi la maire de Paris a finalement décidé de se présenter

Après des semaines de vrai-faux suspense, Anne Hidalgo a fini par se déclarer candidate à la présidentielle à Rouen. Pendant la campagne des municipales au printemps 2020, la maire de Paris s’était pourtant engagée à se concentrer uniquement sur la capitale. Retour sur ses déclarations dans notre article.

Avec Anne Hidalgo, une candidature de plus à gauche

En annoncant sa candidature à Rouen ce dimanche, Anne Hidalgo a rejoint la longue liste des candidats de gauche qui font campagne pour 2022.

Cinq candidats chez les Verts, Arnaud Montebourg le candidat sans parti, Jean-Luc Mélenchon avec la France Insoumise…À gauche, ils sont nombreux à avoir fait le choix de se lancer dans la course à l’Elysée. Tour d’horizon avec notre article.

Priver les voitures d’accès à Paris c’est « s’attaquer aux personnes les plus pauvres » pour Valérie Pécresse

Interrogée sur la question des automobilistes et de l’utilisation de la voiture dans la capitale, la présidente de la Région Ile-de-France a voulu tenir une ligne ferme par rapport aux candidats de la gauche, Anne Hidalgo en tête:

« La voiture restera pendant encore des années un réducteur puissant d’inégalités », affirme la candidate à la primaire de droite. « Et ça, il faut que la gauche l’entende. Un réducteur puissant d’inégalités car ceux qui roulent en voiture sont ceux qui habitent le plus loin, et ceux qui travaillent le plus loin. »

En suivant cette logique, Valérie Pécresse estime que « priver les voitures à voiture à Paris, c’est aussi s’attaquer aux personnes les plus pauvres, à ceux qui travaillent, aux artisans, aux commerçants… ». Si la candidate dit « comprendre » la volonté de piétonniser l’hyper-centre de la capitale, elle estime « qu’on ne peut pas en même temps enlever une voie sur le périphérique « et qu’il faut « mettre des parkings relais » à l’entrée de la ville.

« Paris ne peut pas avoir une vision égoiste, et doit penser à tous ceux qui font la richesse de la ville en venant y travailler », a-t-elle affirmé, assurant qu’elle mettrait en place une « consultation des franciliens à l’automne » sur la question du périphérique parisien.

Augmentation de 10% des salaires promise par Valérie Pécresse: « les Français en auront pour leur argent »

La présidente de la Région Ile-de-France propose d’augmenter de 10% les salaires nets.

« Je veux dire aux Français ‘vous en aurez pour votre argent' », avance-t-elle.

Valérie Pécresse en faveur d’une augmentation massive du budget de la police

Valérie Pécresse se déclare pour une augmentation importante du budget des forces de l’ordre.

« Mon engagement sur 5 ans, c’est faire passer le budget de la sécurité intérieure à 2% du PIB. »

Valérie Pécresse pour un référendum sur l’immigration à l’été prochain

Interrogée dans BFM politique, Valérie Pécresse a défendu « une loi votée par référendum à l’été » pour « stopper tout de suite » l’immigration illégale.

Mise en examen d’Agnès Buzyn : Valérie Pécresse inquiète de l »hyper-judiciarisation »

Valérie Pécresse regrette la mise en examen d’Agnès Buzyn par la Cour de justice de la République dans le cadre de la pandémie.

« Je suis inquiète de cette hyper-judiciarisation alors que la crise n’est pas finie (…). Elle risque pour avoir effet de paralyser l’action politique. »

Eric Zemmour au second tour est « totalement irréel » pour Valérie Pécresse

Interrogé sur le soutien d’Eric Ciotti à Eric Zemmour en cas de second tour qui opposerait Emmanuel Macron au polémiste, Valérie Pécresse juge cette situation « totalement irréel. Il n’arrivera jamais. Ceux qui seront au second tour, c’est nous. »

« On a un Eric Zemmour dans lequel je sens plus un discours de la peur que la force de la République (…), un discours qui excuse le harcèlement sexuel », a également jugé la présidente de la Région Ile-de-France.

Valérie Pécresse n’a « aucun doute » que Sarkozy soutienne le candidat LR

Alors que Nicolas Sarkozy a déjeuné avec Emmanuel Macron cette semaine, Valérie Pécresse estime que l’ancien Président reste un soutien pour les LR.

« Je n’ai aucun doute que Nicolas Sarkozy soutiendra le candidat de sa famille politique. »

Pour Valérie Pécresse, « cette primaire nous donnera de l’élan »

Interrogée sur BFM Politique, Valérie Pécresse défend le principe de la primaire à droite alors que certains, comme Rachida Dati, y voient une machine à perdre.

« Cette primaire nous donnera de l’élan, je ne crois pas à la désignation d’un candidat dans des arrière-boutiques partisanes » estime la présidente de la Région Ile-de-France.

La candidature d’Anne Hidalgo « légitime » pour Valérie Pécresse

Valérie Pécresse a jugé la candidature de la Maire de Paris « légitime ». Anne Hidalgo lancait aujourd’hui sa candidature officielle à Rouen.

« Il ne pourra pas y avoir deux candidats » à droite pour Valérie Pécresse

La présidente de la Région Ile-de-France a insisté sur BFM politique sur le besoin de l’union de la droite- et ce alors que Xavier Bertrand refuse toujours de participer à la primaire de droite.

« Il faut faire l’unité (…) Il ne pourra pas y avoir deux candidats » à droite, a insisté la candidate à la primaire.

Valérie Pécresse estime que l’utilisation par Marine Le Pen du mot « liberté » est « une totale imposture »

Ce dimanche, sur BFM Politique, Valérie Pécresse a réagi au premier meeting de campagne de Marine Le Pen, placé sous le sceau des libertés.

« L’utilisation du mot ‘libertés’ par Marine Le Pen est une totale imposture », a déclaré la présidente de la région Île-de-France, « Elle a soutenu Viktor Orbàn, elle a soutenu Bachar El Assad, elle nous isole en nous coupant de l’Union européenne, elle nous étouffe avec la retraite à 60 ans qui nous mettrait en faillite. »

« J’ai pris la décision de quitter la présidence de notre mouvement », confirme Marine Le Pen

« Ce combat ne doit plus seulement être celui d’un parti, mais du pays », a défendu Marine Le Pen en conclusion de son discours. « Ma démarche me commande de sortir des logiques partisanes », a-t-elle ajouté.

« C’est pourquoi, comme je l’avais annoncé au congrès de Perpignan, j’ai pris la décision de quitter la présidence de notre mouvement », a confirmé Marine Le Pen ce dimanche.

« Au cours de ces dix ans, nous avons beaucoup travaillé (…) Nous sommes devenus un parti de gouvernement », estime-t-elle.

« Il revient à Jordan Bardella de prendre la direction du Rassemblement national », a-t-elle poursuivi, avant que ce dernier ne la rejoigne à la tribune.

« Nous ne laisserons pas instaurer le retour du délit de blasphème », déclare Le Pen

« Ceux qui ont à l’esprit d’instaurer une religion d’État qui imposerait son diktat sur la société, ceux-là n’ont pas compris ce qu’est la France. Nous ne laisserons pas instaurer le retour du délit de blasphème », a déclaré Marine Le Pen.

« Les cultes doivent pouvoir souffrir la critique », a-t-elle poursuivi. « La seule liberté de ceux qui contestent cela, c’est d’aller, si cela les dérange, vivre ailleurs », ajouté la dirigeante du RN.

« Les délinquants seront mis hors d’état de nuire »

« Les délinquants seront mis hors d’état de nuire », a déclaré Marine Le Pen. « Les délinquants français en prison, les étrangers, dans l’avion », a-t-elle poursuivi.

Marine Le Pen défend une « sortie du commandement intégré de l’Otan »

Marine Le Pen souhaite une « sortie du commandement intégré de l’Otan tant cette structure entretient la logique belliqueuse et anachronique des anciens blocs de la Guerre froide », a-t-elle déclaré.

« Plus aucun Français n’ira mourir dans des guerres qui ne sont pas les nôtres », a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen évoque la liberté, « pilier fondamental de la France » et « première des valeurs de notre civilisation »

En écho à son affiche de campagne prônant les « libertés », Marine Le Pen évoque la notion comme étant le « pilier fondamental de la France » et la « première des valeurs de notre civilisation ».

« Si samedi après samedi, des milliers de personnes scandent le mot ‘liberté’, c’est qu’il existe un malaise qu’il faut entendre », fait également valoir la dirigeante du Rassemblement national.

« La liberté n’est qu’un principe vide sans sa déclinaison avec un ‘s’. Voilà pourquoi nous avons fait le choix de ce slogan, « libertés, libertés chéries », explicite la candidate à la présidentielle. « Avec moi, vous aurez un État qui chérira vos libertés », promet-elle, évoquant aussi le pass sanitaire, à son sens « une atteinte disproportionnée à la liberté ».

2022 sera « un choix de civilisation », estime Marine Le Pen

« Nous arrivons à un carrefour dont une voie conduit à l’abîme et l’autre au sommet », a tonné Marine Le Pen dimanche depuis Fréjus, où elle faisait sa rentrée politique, estimant qu’il s’agissait d’un « moment-clé de notre histoire nationale ».

« Les 10 et 24 avril scelleront le sort de notre pays », a-t-elle ajouté, estimant que « en 2022, cette élection présidentielle ne sera pas seulement un choix de société (…), ce sera un choix de civilisation ».

Marine Le Pen s’apprête à prendre la parole depuis Fréjus

Marine Le Pen fait sa rentrée politique depuis Fréjus, dans le Var, où elle va prononcer un discours.

Une journée au cours de laquelle elle devrait transmettre la présidence du Rassemblement national au numéro 2 Jordan Bardella, le temps de la campagne présidentielle.

Des manifestants se sont fait entendre en marge du discours d’Anne Hidalgo

En marge de sa déclaration de candidature, la maire de Paris, désormais candidate à la présidentielle, a essuyé l’irruption de manifestants.

Une dizaine de personnes avec des fumigènes se sont fait entendre, déployant une grande banderole s’opposant à la candidature de l’édile.

Le lieu du discours avait été dévoilé tard samedi dans la soirée aux journalistes.

« Aujourd’hui je suis prête »: Anne Hidalgo annonce être candidate à la présidence de la République

La maire socialiste de Paris annonce officiellement être candidate à la présidence de la République pour « offrir un avenir à tous nos enfants ».

Zemmour « n’a pas pas peur » d’être éventuellement candidat

Ira, ira pas en 2022? Éric Zemmour continue de nourrir le doute sur ses ambitions présidentielles. Le polémiste, qui sort un livre la semaine prochaine, a affirmé samedi soir qu’il « n’avait pas peur » d’être candidat à la présidence de la République.

Jour J pour Hidalgo, en déplacement à Rouen

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacrée à l’actualité politique de ce dimanche 12 septembre 2021. La maire PS de Paris Anne Hidalgo va annoncer ce matin sa candidature à la présidence. De son côté Marine Le Pen entame sa rentrée politique depuis Fréjus dans le Var.



Source [BFMTV]