Nouveauté dans le milieu de la restauration rapide : depuis mercredi dernier, dans une dizaine de McDonald’s de Chicago aux Etats-Unis, quand on arrive en voiture au drive-in, on ne parle plus à un être humain, mais une machine. Elle vous fait la conversation, vous demande « mayonnaise ou ketchup », « frites ou potatoes », et dans la plupart des cas, on ne se rend compte de rien. L’objectif est en premier lieu, selon le groupe, de réduire les files d’attente qui ont triplé avec la pandémie. Mais aussi peut-être de faire des économies de main d’œuvre…

Même si les restaurants rouvrent demain, ils s’attendent à ce que beaucoup préfèrent toujours passer au drive-in, plutôt que de manger sur place, notamment en dehors des centres-villes, dans les zones commerciales. C’est pourquoi ils testent la prise de commande par des robots et même des tapis roulants qui apportent directement les commandes. McDonald’s avait acquis en 2019 la start-up Apprente, qui créait justement la prise de commande par assistance vocale grâce à l’intelligence artificielle.

Est-ce que le système fonctionne bien ?

D’après le CEO Chris Kempczinski, l’assistant vocal est à 85% efficace. Mais si on lui demande par exemple un hamburger sans sauce, ou plus généralement quelque chose qui n’est pas programmé, il panique et un humain prend le relai. Apparemment, une commande sur cinq nécessite encore une intervention humaine. Cela n’empêche pas d’automatiser jusqu’à 80% des passages au drive-in, selon McDonald’s. Ce qui permet de réaffecter une partie du personnel à la préparation des commandes.

On a beaucoup parlé de l’intelligence artificielle et des robots qui allaient piquer le travail des humains. Jusqu’ici, cela restait hypothétique, mais cela commence sérieusement à se préciser. Pour le moment, le dispositif n’est testé que dans une dizaine de restaurants de la région de Chicago aux États-Unis, mais l’objectif est de le déployer dans le monde entier, partout où il y a un drive-in. Cela inquiète d’autant plus, c’est que McDonald est aujourd’hui l’un des tout premiers employeurs de France.



Source [ Europe 1 ]