Sophia Khatsenkova
, modifié à

INTERVIEW

Depuis une vingtaine d’années, les dents blanches sont devenues une tendance omniprésente, notamment dans l’univers de la publicité. Invité d’Europe 1, jeudi, le docteur Christophe Lequart, chirurgien-dentiste, rappelle qu’avoir des dents blanches fait partie de notre santé. Comment faire pour les retrouver ? Le spécialiste précise d’abord qu’il y a différentes colorations à prendre en compte. Premièrement, il existe la coloration externe liée à nos habitudes, par exemple avec la consommation de thé, de café ou encore de tabac. Deuxièmement, il y a la coloration propre de la dent qui varie d’un individu à l’autre. « Plus on devient vieux, plus les dents deviennent jaunes car l’émail vieillit », explique le docteur Lequart. 

Comment se débarrasser des différentes colorations ?

Pour les colorations liées à nos habitudes quotidiennes, le docteur conseille de faire un détartrage et un nettoyage professionnel dans un cabinet dentaire. Et sans surprise, faire un bon brossage quotidien matin et soir. Pour la coloration propre des dents, il existe des produits comme le peroxyde d’hydrogène qui permet d’oxyder les pigments colorés de la dent. 

Faut-il arrêter le thé ou le café ?

Pour les adeptes du thé ou du café dès le petit matin, il existe des solutions. « Il ne faut pas arrêter de boire du café ou du thé, mais je conseille de boire un verre d’eau directement après pour se rincer la bouche afin d’éliminer les dépôts sur la surface des dents », indique le docteur Christophe Lequart. Autre astuce commune aux États-Unis : consommer sa boisson à l’aide d’une paille « limiterait les dépôts sur les dents mais ce n’est pas forcément agréable, » avoue-t-il. 

Le jus de citron : à bannir ! 

Parmi les remèdes naturels souvent évoqués, on retrouve le jus de citron, vu comme un bon moyen de blanchir ses dents. Une technique « à proscrire totalement », selon Christophe Lequart. « L’acidité du citron va déminéraliser l’émail et va fragiliser beaucoup les dents. En plus, l’émail ne repoussera pas. On va avoir des sensibilités au chaud ou et au froid », met en garde le dentiste. 

Quid de la gouttière et des dentifrices ?

Selon Christophe Lequart, le blanchiment à la gouttière est beaucoup plus efficace que les simples dentifrices qui promettent un sourire éclatant. « Certains dentifrices vont colorer la gencive en rouge, donc il y aura plus de contraste la dent et la gencive. D’autres vont déposer une fine couche de silicone, qui est invisible à l’œil. Avec le reflet de la lumière, cette couche siliconée va donner un côté étincelant », explique le chirurgien-dentiste. D’autres dentifrices qui contiennent du bicarbonate vont plus polir la surface de la dent. Cependant, Christophe Lequart met en garde contre l’utilisation du bicarbonate qu’on peut retrouver dans notre cuisine car les grains sont d’une taille conséquente et auront un effet abrasif et non polissant. 

Autre tendance : les dentifrices au charbon. Christophe Lequart évoque le souci d’abrasivité de ces produits. « Il faudrait qu’ils soient faiblement abrasifs, ce qui n’est pas marqué sur les tubes. Et on n’a pas assez d’études scientifiques qui montrent que le charbon est efficace pour éliminer la coloration des dents. Donc, c’est à éviter pour l’instant. » 

Pour le blanchiment à la gouttière, un cabinet dentaire réalise des empreintes de la bouche et fabriquera une gouttière sur mesure pour chaque patient. Le traitement dure 15 jours et il faut porter la gouttière quelques heures par jour ou toute la nuit. Il faut aussi limiter thé, café, tabac pendant cette période. Selon le dentiste, c’est une technique de plus en plus utilisée par les dentistes. « La technique au fauteuil, on la pratique de moins en moins, on préfère la technique ambulatoire », raconte Christophe Lequart. Le résultat dure entre 3 à 4 ans. Après cette période, il faudra refaire une petite piqûre de rappel et un détartrage chaque année pour garder les dents blanches plus longtemps. Seul bémol : le traitement coûte entre 500 et 1.200 euros, selon le cabinet. 

 

 



Source [ Europe 1 ]