Mardi soir lors de la victoire du Bayern Munich face au Barça, le Français a régné en maître sur la pelouse du Camp Nou et s’impose un peu plus comme l’avenir au poste de défenseur central.

0 tir cadré, c’est le bilan famélique du Barça pour son affrontement face au Bayern Munich. Malgré les manques flagrants de cette formation catalane, la raison principale de cette inefficacité n’est autre que Dayot Upamecano. Sur la pelouse des Culés, le défenseur central de 22 ans a tout arraché dans son passage pour signer une prestation XXL qui lance définitivement son aventure Bavaroise.

Domination physique et sérénité

Le Français n’a pas perdu de temps pour mettre tout le monde d’accord en Bavière. Déjà impressionnant à Leipzig, Upamecano continue sur sa lancée et connaît un début de saison rêvé. Sous les ordres de Julian Nagelsmann, qui était déjà son coach à Leipzig, le défenseur enchaîne les performances de haut niveau, d’abord face à Dortmund (victoire 3-1) en Super Coupe, puis face à son ancien club ce week-end (victoire 4-1) et enfin face au Barça (3-0), le colosse français s’est montré intraitable dans tous les aspects du jeu.

Dominant physiquement, il a réduit au silence Memphis Depay, pourtant le leader offensif désigné de cette équipe catalane. Une performance pleine de sérénité qui témoigne de la confiance qui règne entre le joueur et son coach. «Il m’a toujours dit ce que je faisais de bien ou de mal et c’est ce que je préfère chez un entraîneur. Il sait te montrer tes défauts. Il est très intelligent et il a une vision du jeu qui me plaît», déclarait Upamecano au micro de RMC après la signature de Nagelsmann au Bayern Munich.

S’il a impressionné par sa capacité à boucher les moindres espaces laissés à la disposition des Catalans, sa performance de haute volée s’illustre également par les statistiques. Sur ce match il a tout simplement été le joueur bavarois à récupérer le plus de ballons (9), à réussir le plus de tacles (4) mais aussi à disputer et à remporter le plus de duels (16 disputés pour 10 réussis). Est venu s’ajouter à cela sa qualité indéniable à la relance. Avec 88,61% de passes réussies, il a notamment permis à son équipe de souvent faire reculer le bloc catalan en jouant verticalement afin de briser les lignes de pressing.

Promis à prendre la succession de Jérôme Boateng qui a quitté le club, Upamecano ne semble pas affecté par la pression liée à cette mission. Lui-même avait d’ailleurs confié à AS “ne ressentir aucune pression” après sa signature au Bayern. Succéder à un défenseur au palmarès aussi large que celui du néo-Lyonnais n’est pas une tâche aisée, mais force est de constater que Upamecano s’est déjà mis tous les observateurs dans la poche. Comme en témoigne d’ailleurs la prestigieuse note de 1,5 accordé par le journal Kicker après son match contre le Barça.

L’avenir des Bleus ?

Inévitablement, avec des performances de ce niveau, tous les regards se tournent vers l’équipe de France. Les Bleus, Upamecano les a déjà connus à trois reprises et si sa première sélection avait été très compliquée, il s’était rattrapé en inscrivant son premier but au match suivant contre la Croatie (victoire 4-2). Depuis, le jeune défenseur central a joué de malchance avec plusieurs blessures, qui l’ont à chaque fois obligé à quitter le rassemblement et à ne finalement pas être appelé pour l’Euro cet été. Une non-sélection vécue comme un échec par Upamecano : «Oui je suis un peu déçu. Mais je ne peux pas me concentrer sur les choses que je n’ai pas. Je pense juste à travailler plus dur avec le Bayern et à montrer ma performance sur le terrain pour aider l’équipe nationale à l’avenir», avait-il déclaré à AS.

Aujourd’hui plus que jamais, la porte de l’équipe de France semble grande ouverte. Après l’échec de l’Euro et la trêve de septembre en demi-teinte, les Bleus se cherchent de nouveaux tauliers en défense centrale. De plus, certains facteurs jouent en sa faveur. Comme l’instauration probable d’un système en 3-4-1-2 qu’il maîtrise parfaitement, mais également le fait que Naglesmann semble vouloir l’installer aux côtés de Lucas Hernandez en défense centrale, un joueur très apprécié par Didier Deschamps. En attendant d’espérer mieux et plus en sélection, Upamecano doit continuer de s’affirmer afin de prouver à Deschamps qu’il le mérite.



Source [ Le figaro ]