Aurélien Fleurot

À l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, Europe 1 se penche sur les trajets domicile-école. Dans notre pays, ces derniers se font de plus en plus à pied, avec un effet Covid qui n’est pas négligeable pour les Français, séduits par la marche.

DÉCRYPTAGE

Quand on est parent ou enfant, comment se rend-on à l’école chaque jour ? C’est ce que s’est attelé à étudier le baromètre « Eco CO2 » de l’Ifop, publié mercredi, à propos des 26 millions de trajets effectués chaque jour dans notre pays. Ils représentent des distances courtes, avec moins de deux kilomètres dans 40% des cas, mais c’est pourtant la voiture qui est l’option numéro 1, talonnée désormais de près par la marche pour 31% des personnes interrogées.

Un effet Covid certain

Parmi les explications avancées pour opter pour ce moyen de transports, il y a d’abord le bénéfice pour la santé. Ce qui est une preuve que les messages sur les risques du manque d’activité physique chez les jeunes commencent à faire effet.

Les observateurs auraient tôt fait, pourtant, de considérer que la conjoncture n’y est pour rien. « On voit qu’en dehors du transport scolaire, les transports en commun classiques sont en baisse : ils ont perdu 4 points », décrit Bertrand Dumas, responsable du projet Mobi lancé par l’entreprise Eco CO2. « Il y a eu un effet Covid et les parents ont préféré ne pas utiliser des transports où les enfants étaient assez proches les uns des autres. Ils se sont plutôt reportés sur la marche. »

Vélo et covoiturage très minoritaires

L’impact sur l’environnement fait aussi partie des préoccupations principales des parents. Mais c’est surtout l’aspect sécurité qui est primordial et qui explique ce choix de se tourner vers des modes de déplacement plus rassurants pour des courtes distances. Il en est ainsi de la voiture, de la marche, des cars scolaires, alors que le vélo et le covoiturage restent très marginaux, avec à peine 3% à eux deux.



Source Europe 1