Pour l’installation, Netgear vous prend littéralement par la main afin de faciliter la procédure. Le plus simple est d’installer l’app Orbi sur son smartphone après le lancement. Les autorisations accordées, cette dernière vous guide à travers une vingtaine d’étapes très aisées. Tout est très bien décrit, du branchement du boîtier routeur avec sa prise jaune à la synchronisation avec le satellite et la mise à jour des boîtiers.

Une fois votre configuration effectuée, vous obtiendrez un seul et unique SSID (nom de votre réseau wifi), à la fois pour la bande de 2,4 GHz et celle de 5 GHz. Les périphériques connectés choisiront automatiquement la bande la plus adaptée à leur situation (couverture, vitesse). Dans le cas des objets connectés qui nécessitent la bande 2,4 GHz, sachez que nos ampoules wifi ont pu s’y relier sans souci.

L’application permet la gestion et le paramétrage de votre installation. Afin de ne pas rebuter le grand public, Netgear a fortement réduit le nombre de paramètres, et on ne va vraiment pas lui en vouloir. Vous pourrez accéder aux statistiques de votre réseau, le débit via un test Speedtest intégré ou encore à la carte du réseau. Certes, ces items auraient pu être rassemblés dans un même menu. Ensuite, il est possible d’activer et paramétrer un réseau wifi invité ou Netgear Armor, une suite de sécurité qui vous dit qui se connecte à votre réseau ou si une faille est présente dans l’installation. Les 30 premiers jours sont gratuits, puis le service est facturé 69,99 € annuels.

Si vous souhaitez jouir de plus de paramètres, il faut alors utiliser l’interface réseau du système en tapant son adresse IP dans un navigateur ou vous rendre à l’adresse orbilogin.com. L’interface nous renvoie alors dans les années 2000 et permet, par exemple, d’ajouter un VPN ou de régler en mode point d’accès le kit mesh sans plus d’indication sur les conséquences. Mais l’ensemble des réglages est particulièrement sommaire, le wifi se limitant à l’activation de la norme AX ou du mode de chiffrement. Il n’est pas possible d’activer ou de désactiver les bandes wifi, par exemple.

L’ensemble est très simplement configurable. Comme sur le répéteur EAX15 du même fabricant, on regrette quelques erreurs de traduction, qui s’avèrent même par moments être une source de confusion, et nécessitent le passage à l’anglais pour comprendre un réglage particulier.



Source [ Les numériques ]