ENQUÊTE – Alors que la crise a compliqué la vision de l’avenir, de plus en plus de jeunes se tournent vers le tirage de cartes. Une pratique qui foisonne sur les réseaux sociaux.

«Il y a encore quelques années, quand je disais que je tirais les cartes de tarot, les personnes que je rencontrais me regardaient parfois comme si j’étais un pervers». Aderal, 45 ans, préfère en plaisanter. Il y a six ans, ce photographe de profession s’est pris de passion pour les cartes de tarot divinatoire. Battre les cartes, en tirer trois, les poser, respirer, les interpréter. Le cérémonial est devenu quotidien. Aderal décide alors de monnayer quelques consultations, et ouvre un compte Instagram, @baslescartes_tarot pour partager sa pratique.

Sur le réseau, il découvre une communauté particulièrement active : le hashtag #tarot référence plus de 14 millions de publications. Il rassemble des interprétations détaillées des cartes, mais aussi des photos éthérées et très soignées, typiques d’Instagram, où l’on voit des cartes de tarot au milieu de pierres et de bougies. Le tout est accompagné de phrases inspirées des cartes. «Prends le temps de ralentir, de respirer. Tu es prêt à abandonner

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [Le figaro ]