Un entraîneur qui a rectifié le tir, Krépin Diatta récompensé, mais aussi la faiblesse autrichienne : retrouvez nos Tops et Flops de Monaco-Sturm Graz

Tops

Les changements de Kovac

La remise en question n’est pas à la portée de tous. Savoir reconnaître ses erreurs est l’une des vertus propres aux grands techniciens. Niko Kovac en a fait l’expérience ce jeudi soir. Alors que son équipe expérimentale n’a pas fonctionné, l’entraîneur de l’AS Monaco a su rectifier le tir, et il n’a pas perdu de temps pour le faire. Dès l’entame de la seconde période, le Croate a sorti de son chapeau un triple changement qui aura été salvateur. Avec les entrées de Cesc Fabregas, Caio Henrique et Alksandr Golovin, la bien pâle équipe monégasque a repris des couleurs. Le Russe, aura d’ailleurs contribué à débloquer la situation puisque c’est lui qui a adressé une délicieuse passe décisive à Krépin Diatta pour l’unique but du match (66e). Les entrées coup sur coup de Wissam Ben Yedder et Youssouf Fofana auront apporté davantage de maîtrise et mis fin à tous suspens.

Diatta, d’une courte tête

Alors que l’équipe monégasque éprouvait toutes les peines du monde à contourner le bloc autrichien, un homme est venu raviver la flamme qui semblait éteinte depuis bien longtemps : Krépin Diatta. Et pourtant, cela n’avait pas très bien démarré pour l’ancien joueur du Club Bruges. A l’instar de ses partenaires d’attaque, le Ghanéen n’a pas été avare d’efforts, mais a souvent pêché à la finition. Il a de nombreuses fois buté sur la défense de Sturm Graz, très bien organisé, et parfois réalisé certains mauvais choix. Mais quelle activité ! Le virevoltant ailier monégasque a été très actif et le danger est souvent venu de son côté. Longtemps malheureux, il a enfin été récompensé de son match plein en inscrivant le but salvateur (66e), qui a permis de tirer ses partenaires d’un bien mauvais pas. Sur un centre décisif de Golovin, Diatta a placé une tête piquée rageuse, offrant ainsi la victoire à son équipe.

Flops

Sturm Graz inoffensif

Si le spectacle n’a clairement pas été a rendez-vous ce jeudi soir, c’est en grande parti dû à la modeste équipe de Sturm Graz. La tactique très défensive de Chritian Ilzer a parfaitement contrarié les joueurs de l’AS Monaco en première période, certes, mais c’était bien plus compliqué en seconde. La belle organisation défensive ne fait pas tout. Positionnés très, trop, bas sur le terrain, les Autrichiens ne se sont procuré que de rares occasions. Les hommes de Ilzer n’ont pratiquement pas existé dans la deuxième moitié du match. L’équipe monégasque, grandement renforcée par les changements apportés par Kovac, a complètement annihilé de bien faibles Autrichiens. Quand on se contente uniquement de défendre et que l’on encaisse un but, il ne reste plus rien à sauver. Une fois l’ouverture du score Monégasque concédée, les joueurs de Sturm Graz se sont éteints. Mais avaient-ils les moyens de faire mieux ? Rien n’est moins sûr.

Au bout de l’ennui

Le retour des coupes d’Europe était attendu comme le messie par les fans de football. Et si cette semaine européenne a été prolifique, ce match entre l’AS Monaco et Sturm Graz fait clairement office de vilain petit canard. C’est bien simple, en première période, il ne s’est pratiquement rien passé. Niko Kovac avait décidé de faire tourner son équipe face à une opposition bien trop faible qui n’a fait que défendre, défendre et encore défendre. L’inefficacité offensive des joueurs monégasques n’aura pas non plus été étrangère à ce «spectacle». A l’image de Kevin Volland, une nouvelle fois décevant, les joueurs de l’ASM ont eu du mal à régler la mire. Au bout de l’ennui, alors que l’on se dirigeait tout droit vers un triste match nul, les Monégasques se sont finalement imposés sur l’une des rares actions collectives du match. Tout n’aura pas été à jeter finalement.



Source [ Le figaro ]