INTERVIEW

Emmanuel Macron a salué ce jeudi les « résultats » du pass sanitaire et a envisagé la levée de « certaines contraintes dès que les conditions sanitaires le permettront ». Interrogé par Romain Desarbres ce jeudi sur Europe 1, l’épidémiologiste Antoine Flahault a livré son analyse sur l’embellie sanitaire actuellement à l’œuvre en France et a livré son pronostic quant à la levée éventuelle des restrictions sanitaires.

Moins de 5000 cas nouveaux la semaine prochaine

« Il y a une décrue épidémique dans beaucoup de pays d’Europe, mais très particulièrement et très notablement en France, où on peut prédire d’ailleurs que dans une semaine, on aura moins de 5.000 nouvelles contaminations par jour », a expliqué l’épidémiologiste. « Si vous vous souvenez, c’était l’objectif de décrue épidémique du président de la République pour la deuxième vague. Ca va dans le bon sens. »

Va-t-on bientôt pouvoir en finir avec le pass sanitaire ? « La vaccination n’est pas efficace à 100 %, les masques non plus, le pass sanitaire non plus, mais l’ensemble de ce dispositif permet de contrôler l’épidémie. Alors, quand le virus circule beaucoup moins dans la population, comme cela va être le cas en France dans deux semaines peut-être, vous pouvez commencer à enlever des restrictions », a prédit l’épidémiologiste.

L’exemple danois

« Il y a un autre pays que l’on peut suivre de très près c’est le Danemark, qui a instauré le pass sanitaire le 6 avril, mais il a tout enlevé la semaine dernière. On a donc aujourd’hui un pays qui a enlevé tout parce qu’il est en circulation très faible du virus et peut se permettre de vivre à peu près normalement », a détaillé Antoine Flahault.

Ce jeudi, le chef de l’Etat s’est montré optimiste sur la situation sanitaire en France. « Dès que les conditions sanitaires le permettront et, à mon avis, quand je vois les chiffres, ça ne va pas venir si tard », on pourra se « permettre sur les territoires où le virus circule moins vite de lever certaines contraintes et de revivre normalement », a-t-il déclaré en marge des rencontres de l’Union des entreprises de proximité.



Source [ Europe 1 ]