De l’émotion, des larmes, mais aussi des rires, lors des hommages au joueur tragiquement disparu en novembre 2020, ce week-end dans son Var natal.

Près de dix mois après la tragique disparition de Christophe Dominici, le village où il a grandi, Solliès-Pont dans le Var, avait décidé de lui rendre hommage en créant un Festival à son nom. Dès vendredi soir, le maire de la commune, André Garron, entouré de Jeannot, le père de Christophe, et de Max Guazzini, de Bernard Laporte et d’anciens coéquipiers comme Fabien Galthié, Thomas Lombard et Diego Dominguez, de quelques gloires au sang varois (Christian Califano, André Herrero), ou encore de l’édile de Toulon, Hubert Falco, a lancé cette première édition au château de Solliès-Pont.

« Quand j’ai appris sa mort, je suis allé regarder les matches qu’on a joués ensemble. En boucle. »

Fabien Galthié

Une cérémonie riche en émotions, et de quelques rires aussi à l’évocation des « bêtises » de Christophe Dominici, à laquelle des dizaines d’anonymes étaient venus prendre part. Pour montrer qu’il était toujours présent dans les cœurs de ceux qu’il avait côtoyés. «Quand j’ai appris sa mort, je suis allé regarder les matches qu’on a joués ensemble. En boucle. Je ne m’étais pas bien rendu compte que ce qu’il faisait sur le terrain, c’était incroyable. Il nous tirait vers le haut car il n’avait peur de rien», leur a avoué le sélectionneur du XV de France, Fabien Galthié.

De nombreux enfants étaient présents au stade de Solliès-Pont samedi matin. Facebook Solliès-Pont

Samedi matin, nouveau moment de recueillement et de souvenir quand est dévoilée, en présence de sa compagne et de ses deux petites filles, la fresque géante le représentant, ballon en main, sur une tribune du stade de Solliès-Pont. «Christophe veillera pour toujours sur le stade de ses débuts, a expliqué Jean-Louis Lacroix, président du Rugby Club de la Vallée du Gapeau, au micro de France Bleu. Grâce à cette peinture, il restera à jamais dans les mémoires. Celles des plus anciens qui l’ont connu et à qui il manque. Celles des plus jeunes qui vont le découvrir grâce à cette image.»

Une partie des 1.200 gamins, âgés de 6 à 14 ans, qui participaient à la première édition du «Tournoi Christophe Dominici» ont posé devant le grand portrait. Arrachant de nouveau quelques larmes à ses amis. «Si Christophe voyait tous ces gamins… Il serait capable d’y passer vingt heures pour les voir un par un, leur parler, leur faire des passes. C’était son élément», a confié à Var Matin Henri Mondino, le président de la Ligue Sud Paca, qui fut également son manager à La Valette lors des débuts de la future star du rugby tricolore. «Ce Festival aura désormais lieu tous les ans en septembre pour lancer la saison des petits rugbymen», a, au passage, officialisé le dirigeant.

Suite des hommages ce dimanche. Ce matin, le Stade des Sénès, toujours à Solliès-Pont, sera débaptisé pour devenir le « Complexe Sportif Christophe Dominici ». Et, en début de soirée, avant la rencontre de Top 14 entre Toulon et le Stade Français, ses deux clubs de cœur, les supporters honoreront la mémoire de l’ailier trop tôt disparu au stade Mayol. L’émotion sera alors certainement à son comble.



Source [ Le figaro ]