Découvrez l’émouvant discours de Daniel Craig lors du dernier jour de tournage de « Mourir peut attendre », son ultime film dans la peau de James Bond. Un moment rare.

Quinze ans dans le même rôle, ça marque forcément au fer rouge. Logique alors qu’une forte émotion ait secoué Daniel Craig au moment de prononcer un discours d’adieu à son équipe à la fin du tournage de Mourir peut attendre, qui marque son ultime apparition dans le costume de James Bond.

« Je travaille avec certains d’entre vous depuis longtemps, presque toute ma carrière, 30 ans, donc un bon bout de temps », débute l’acteur britannique devant l’équipe de Mourir peut attendre, un moment capturé dans le documentaire Being James Bond, disponible sur AppleTV+. « Beaucoup de gens ici ont travaillé avec moi sur les cinq films, et on a dit bien des choses sur ce que je pense de ces films, et, bref… »

Et Craig de poursuivre, véritablement étranglé par l’émotion : « J’ai aimé chaque seconde de ces films, et particulièrement celui-ci, car tous les matins, j’avais la chance de travailler avec vous. Et ça a été l’un des plus grands honneurs de ma vie… » Un moment très fort, et des images rares d’une star hollywoodienne prise par l’émotion, à découvrir ci-dessous.

« La nuit où Daniel a dit adieu au rôle de James Bond, ou nous avons bouclé le tournage de Mourir peut attendre, c’était un moment très particulier », se rappelle la productrice Barbara Broccoli au sein du même documentaire.

Et son comparse Michael G. Wilson de compléter : « C’était un moment historique. Un tournage de nuit, et tout le monde est venu pour, en quelque sorte, être témoin de ce moment. Car on savait combien c’était important. C’était profondément émouvant. Tout le monde sanglotait, littéralement. Les gens ne voulaient pas partir. Normalement, les gens partent lorsqu’on tourne de nuit, mais là, ils restaient et s’enlaçaient. »

Mourir peut attendre, cinquième et ultime apparaition de Daniel Craig en James Bond, sortira dans les salles hexagonales le 6 octobre.

Sur le tournage de « Mourir peut attendre » en Jamaïque :

 



Source [ Allociné ]