Le ministre de la Santé a évoqué la possibilité d’alléger les restrictions sanitaires si la situation sanitaire continue à s’améliorer.

Après Emmanuel Macron, c’est le ministre de la Santé Olivier Véran qui s’est avancé sur l’éventualité « d’alléger progressivement les restrictions là où le virus circule le moins d’abord, puis partout sur le territoire ».

Dans un entretien publié par Le Parisien ce samedi soir, le ministre de la Santé s’est montré optimiste face aux chiffres de l’épidémie de Covid-19. Même s’il est encore « trop tôt pour relâcher les mesures », Olivier Véran a tout de même estimé « qu’il y a des raisons d’être optimiste ». Le nombre de contaminations et de personnes hospitalisées sont en effet en baisse depuis quelques jours. Vendredi, un peu plus de 9000 personnes étaient hospitalisées, contre 11.000 à la fin du mois d’août.

Olivier Véran a aussi souligné l’absence d’émergence de « nouveaux variants plus contagieux et résistants au vaccin » cet été, de quoi laisser « espérer » au ministre que le pire de la crise est passé. Il a enfin pointé l’importante couverture vaccinale des Français. Vendredi, le pays a franchi le cap des 50 millions de Français ayant reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19.

« Nous voulons que les Français puissent respirer le plus tôt possible »

Face à ces indicateurs, Olivier Véran a alors avancé la possibilité « d’alléger progressivement les restrictions là où le virus circule le moins d’abord, puis partout sur le territoire » à la condition que la situation sanitaire « continuait à s’améliorer ». Parmi ces allégements, le ministre de la santé a notamment cité le pass sanitaire, contre lequel se mobilisent chaque samedi plusieurs dizaines de milliers de personnes depuis dix semaines.

Le ministre a tout de même appelé à la vigilance et précisé que « nous ne désarmerons pas dans les prochains mois ». « Ce que nous voulons, c’est que les Français puissent respirer le plus tôt possible » a-t-il enfin déclaré.



Source [ BFMTV ]