REPORTAGE

Dans l’usine Thalès de Gémenos, près de Marseille, le bruit assourdissant des machines est inversement proportionnel à leur subtilité. Ici, les bras mécaniques travaillent au micromètre près sur des puces indispensables au bon fonctionnement de l’économie : celles de nos cartes bancaires. « L’atelier de production tourne sur 3/8 », explique Cyrille Mouillor, responsable du site. « Il y a trois grandes étapes : collage, soudure et enrobage, puis le test. »

Des cartes plus écolos et plus sécurisées…

Mais c’est au calme, dans les bureaux, que Thalès invente les cartes bancaires de demain, plus écologiques et surtout plus sécurisées. Comme la carte biométrique, par exemple, où l’empreinte digitale remplacera le code PIN. Ou bien cette carte qui vous parle via votre téléphone. Une invention destinée aux personnes malvoyantes, alors que 90% d’entre elles ont déjà été victimes d’arnaque lors d’un paiement par carte.

« Quand vous insérez la carte dans le terminale de paiement, le commerçant va taper un montant, par exemple 25,80 euros », explique Ali Zeamari, ingénieur biométrique en charge de la démonstration. « Là, grâce à une application, la carte va communiquer vocalement le montant sur le téléphone. Le porteur va confirmer la transaction en rentrant son code PIN. La carte lui signale alors que le PIN est vérifié et que la transaction est validée. Il est donc sûr qu’il a payé le juste prix et que la transaction n’a pas été annulée. »

… et dématérialisées

En plus de ces innovations physiques, Thalès travaille sur les cartes bancaires dématérialisées, intégrées au téléphone portable. Une technologie de plus en plus répandue mais qui demande des mesures de sécurité supplémentaires. « On n’est plus dans une carte à puce, on est dans un smartphone. Donc il faut travailler sur des éléments de sécurité logicielle. Mais le but est le même : protéger la clé d’authentification de votre carte contre des attaques externes », explique Philippe Vallée, directeur de la branche identité et sécurité numérique de Thalès.

Et si le tout numérique vous fait peur, rassurez-vous : Thalès n’envisage pas la disparition de la carte bancaire physique avant plusieurs décennies.



Source Europe 1