Le héros du dernier Vendée Globe repartira pour un 6e tour du monde en 2024. Il se raconte en librairie. Une aventure contagieuse.

Il est «l’homme qui fait aimer la mer aux Français», écrivait cet été Le Figaro. Jean Le Cam a, la semaine dernière, laissé derrière lui l’océan et sa Bretagne chérie pour assurer la promotion de sa biographie*. Au programme de cette intense virée parisienne d’à peine deux jours: interviews, passages en télé et radio mais aussi une rencontre avec quelques-uns de ses compatriotes fascinés par ses aventures. Après la légende Carl Lewis, le pilote Pierre Gasly ou la toute fraîche championne olympique de judo Clarisse Agbegnenou, le navigateur s’est prêté au jeu des questions-réponses auprès de neuf abonnés du journal L’Équipe, coéditeur de son livre. Pendant une heure et demie, Oscar l’étudiant, Marion la professeure des écoles ou encore Guy le retraité fan d’Eric Tabarly ont bu les paroles salées et les bons mots d’un marin pas du matin mais pourtant bien à l’heure au rendez-vous, escorté par une pluie drue allusive.

Une question brûle les lèvres de ses admirateurs. «Oui, je repars pour un

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]