La 5G est plus que jamais au centre des attentions des opérateurs et de tous ceux qui en ont l’utilité. On en oublierait mêmes les diverses polémiques qui ont fleuri au début de son déploiement… La 5G est bel et bien entrée, sinon dans le quotidien, au moins dans les mentalités. Avec toutes ses promesses. 
C’est précisément ce qui réunit IBM et Airspan Networks. Ensemble, les deux sociétés collaborent sur le lancement d’un banc d’essai Open RAN (pour Radio Access Network), compatible 5G, la société de télécommunication américaine apportant justement son expertise sur ce réseau d’accès radio quand IBM met à disposition son IBM Watson IoT Center de Munich ainsi que le Global Industry Solution Center de Nice, créant ainsi un environnement de test entre les deux sites.

Un « découpage » qui sert l’innovation

Une expérimentation qui vise à apporter une solution souple, rapide et pratique autant pour les opérateurs télécom que leurs clients.

C’est ce qu’explique Fabien Lanne, Business Developement Manager au sein d’IBM à Nice. « La 5G est toujours perçue comme une amélioration de la 4G mais au-delà, la 5G est avant tout un réseau pensé pour le marché de l’entreprise. Elle permet des cas d’usages qui n’étaient pas possibles avec la 4G ». Et les domaines où la 5G fait la différence, c’est qu’elle réduit le temps de latence, permet une connexion plus rapide et est capable de gérer une très forte densité d’objets, ce qui sert par exemple, pour veiller sur la qualité de chaînes de production.

Et si la 5G est aussi un réseau public, quand elle est utilisée comme une technologie locale, en privé, grâce à l’Open RAN elle offre la capacité d’un découpage qui prend tout son intérêt : celui de créer des sous-réseaux dans le réseau. Une « compartimentabilité » qui est de grand intérêt pour les entreprises et leurs innovations, comme le souligne encore Fabien Lanne.

Faire travailler les technologies ensemble

Surtout, l’idée est de rendre le réseau moins « monolithique » dit le Business Development Manager d’IBM pour en faire une plateforme de cloud. Car ce sont les plateformes ouvertes qui sont utiles pour l’innovation et qui offrent un intérêt pour les nouveaux entrants. On retiendra ce cas très concret, issu d’un partenariat entre IBM et l’opérateur italien Vodafone qui a conduit à la mise au point puis au déploiement d’une solution de Smart Agriculture and Food intégrant l’ensemble de la chaîne. Il s’est en effet s’agit de suivre depuis le champ jusqu’au consommateur final, les différentes étapes de production de pain. L’objectif étant ici d’élever les standards de qualité des produits agricoles. Il a été question de 5G, d’IA et de blockchain, des capteurs étant initialement positionnés dans un champ de seigle à Chiaravalle, dans la province d’Ancona dans le centre de l’Italie, le consommateur visé étant celui de la boulangerie Longoni à Milan. Des algorithmes et des modèles prédictifs ont collecté et traité les données issues du terrain tandis que la blockchain a suivi les produits tout au long du processus. « Cet exemple en smart agriculture montre comment les technologies travaillent ensemble », souligne Fabien Lanne.

Une opportunité pour les opérateurs

« On ne peut plus être dans un circuit fermé. La 5G et l’edge computing sont une opportunité pour les opérateurs de se repositionner ». C’est aussi et surtout ce qui devrait permettre l’accélération des innovations. L’Open RAN est depuis longtemps au centre des intérêt. IBM a ainsi créé un centre d’excellence en Espagne, en 2020, alors qu’en mai dernier c’est Airspan qui ouvrait un laboratoire d’innovation 5G, sorte de vitrine pensée pour montrer aux partenaires, clients et gouvernement ce que permet l’Open RAN en matière de contrôle longue distance informatique. Et si les big regardent l’Open RAN c’est pour en démocratiser l’usage, évidemment. A noter que la période de test entre IBM et Airspan n’a pas été précisée.