Sans atteindre les niveaux exceptionnels de l’année 2020, la collecte du livret A apparaît en croissance en août.

La collecte nette du Livret A, produit d’épargne phare des ménages français, a retrouvé un niveau normal en août avec 1,7 milliard d’euros, équivalent à celui d’août 2019, avant que la pandémie n’éclate.

Le mois d’août est en général favorable pour la collecte du Livret A et le chiffre observé n’apparaît donc pas comme faisant état d’une surépargne importante. À titre de comparaison, l’an dernier, les Français avaient placé 2,25 milliards d’euros de plus qu’ils n’en avaient retirés sur leur Livret A.

En juillet, la collecte nette s’était élevée à 1,15 milliard. En dépit d’un niveau de rémunération au plus bas à 0,5%, le Livret A, qui sert notamment à financer le logement social en France, est devenu un placement refuge pour les épargnants pendant la crise déclenchée par le Covid-19, voyant son encours bondir.

Le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), qui finance notamment l’économie sociale et solidaire et les économies d’énergie dans les logements, a enregistré une collecte nette de 230 millions le mois dernier, contre 600 millions l’année dernière et 350 millions en août 2019. Au total, la collecte nette réalisée en août par le Livret A et le LDDS réunis s’est ainsi élevée à 1,9 milliards, contre 2,85 l’année dernière à la même période. L’encours total sur ces deux produits d’épargne atteint 472,4 milliards, soit une hausse de 6,8% en un an.

Ce phénomène de surépargne devrait, selon une étude de la Banque de France parue en août, se prolonger encore plusieurs mois pour atteindre un pic à la fin de l’année 2021. Tous placements financiers confondus, l’épargne supplémentaire liée au Covid, qui s’élevait fin 2020 à 115 milliards d’euros, devrait ainsi atteindre 180 milliards d’euros.



Source [Le figaro ]