Ses derniers messages sur les réseaux sociaux laissaient déjà entrevoir une prise de parole plus fréquente. Pierre Ménès n’a pas tardé pour officialiser son retour sur la scène médiatique.

Il lancera en octobre une plateforme sur le football avec la société Reworld Media, spécialisée dans le rachat de titres de presse ou de sites internet dans le domaine du sport. La collaboration va permettre donc de donner naissance au « Pierrot Football Club », dans un nom qui risque forcément de faire tiquer à Canal+. Mais malgré la fin de collaboration acide entre les deux parties, l’heure n’est pas au règlement de compte. Dans un long papier au sujet de ce retour sur le devant de la scène de Pierre Ménès, L’Equipe effectue ainsi de nombreuses révélations, notamment sur la fin de l’aventure du consultant au sein de la chaine cryptée. Tout est allé très vite dans le courant du mois de mars, quand le reportage de Marie Portolano a été diffusé, et que le média Les Jours a révélé que des scènes avaient été coupées au montage pour éviter de mettre Pierre Ménès dans une situation délicate, puisqu’il ne regrettait aucun de ses comportements sexistes du passé, même avec le recul et sachant le mal qu’il avait fait aux femmes concernées. 

Le Pierrot Football Club, ça passe

D’ailleurs, l’ancien journaliste de 58 ans était persuadé que ce « bad buzz » en resterait là, et L’Equipe révèle ainsi que Pierre Ménès, mis à l’écart quelques jours après le documentaire et sa défense catastrophique dans « TPMP », est convaincu qu’il va vite revenir à l’antenne. « Ça va être compliqué pour toi de rester à l’antenne… ». « Mais pas du tout. J’ai discuté avec quelques chefs, l’affaire va se tasser », avait ainsi fait savoir Pierre Ménès dans un échange avec un journaliste de L’Equipe. C’est alors que Canal+ décide d’ouvrir une enquête interne, et de se séparer progressivement de son consultant vedette. Son retour est désormais complètement écarté, et le dossier se traite avec son avocat. Pierre Ménès demande un million d’euros pour partir, sachant que son job de consultant s’était transformé en CDI en 2017. Le quotidien sportif révèle qu’il est parti pour 500.000 euros, preuve selon lui que Canal+ n’avait absolument rien à lui reprocher. D’ailleurs, l’enquête interne a été tuée dans l’oeuf, et n’a rien donné. « Vu ce qu’ils m’ont payé, c’est qu’ils n’avaient rien à me reprocher », a ainsi confié Pierre Ménès, qui part en effet avec un joli magot. 

RMC a pris peur ?

De quoi lui laisser tenter une nouvelle aventure sans vraiment craindre pour son avenir, même en cas d’échec. Surtout pour un média comme Reworld Media qui ne se soucie guère de son image et est connu pour faire dans l’efficace niveau communication, contenu et production. La nouvelle plateforme sera lancée le 12 octobre prochain, et Pierre Ménès pourrait ainsi retrouver son verbiage de sniper. Il a déjà commencé récemment en s’en prenant à Amazon et ses commentaires trop mielleux à son goût. Le consultant fera en tout cas sa rentrée, lui qui a été annoncé proche de RMC pendant l’été. Aucun contact n’a jamais eu lieu selon Pierre Ménès, d’autres sources révèlent plutôt que c’est la radio qui a eu peur de se mettre à dos beaucoup de monde niveau public et commercial, et a renoncé à le faire signer. 





Source [ Foot 01]