RÉCIT – La relation entre les deux hommes a longtemps été faite de respect mutuel et d’affinités intellectuelles.

«‘‘Ne me serre pas la main.’’ Sa voix est étouffée, son regard plongé dans un journal ouvert, son corps enfoncé dans un fauteuil en cuir beige. Jean-Luc Mélenchon me glisse dans un souffle: ‘‘Il y a des caméras, je ne veux aucun geste de complicité.’’» Éric Zemmour raconte la scène dans son nouveau livre, La France n’a pas dit son dernier mot (Rubempré). Ce matin-là, le 12 décembre 2014, fort de ses succès éditoriaux et de son engagement en faveur de l’union des droites, il débat sur RTL avec l’ex-candidat à la présidentielle du Front de gauche. Sept ans plus tard, ils se retrouvent ce jeudi soir face à face sur BFMTV.

Selon Zemmour, Mélenchon avait lui-même proposé la confrontation de 2014, comme on choisit son meilleur ennemi. À l’antenne, l’ambiance est rude. Les liens semblent brisés. Plus rien n’est comme avant. En 2010, Mélenchon pouvait encore vigoureusement défendre Zemmour sur l’antenne d’iTélé après ses propos polémiques. «Ce type n’est pas un raciste, disait-il alors du polémiste,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]