CONTRE-POINT – La direction du parti a choisi de laisser pourrir la situation jusqu’à ce moment où nous sommes où il est de toute façon devenu matériellement impossible d’organiser une vraie primaire.

Si Les Républicains comptaient sur leur sondage – pardon sur cette «enquête qualitative» – pour dégager leur champion, c’est raté. Certes, l’ensemble des questions fait apparaître un classement préférentiel: Bertrand premier, Pécresse, deuxième, Barnier troisième. Mais les écarts restent faibles. Très faibles même entre le patron des Hauts-de-France et la présidente d’Île-de-France, tandis que l’ancien commissaire européen pâtit d’un retard certain de notoriété.

Mais c’est sur la procédure surtout que le sondage, loin d’apporter une clarification, ajoute à la confusion. Ainsi 77 % des électeurs LR pensent que «la primaire provoque des divisions et des déchirures difficilement réparables»; voilà qui la condamne sans appel. Et 75 % estiment qu’elle est «la meilleure solution pour éviter la multiplicité des candidatures»; voilà qui la justifie pleinement. Ou encore: 84 % réclament «un programme commun validé par tous les candidats» et 74 % assurent que le vainqueur «n’a aucune obligation envers

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]