RÉCIT – L’essayiste et l’ex-députée FN se sont succédé sur l’estrade d’une conférence en Hongrie.

À l’ombre du château de Buda, Marion Maréchal se laisse tenter. Il aura fallu se déplacer jusqu’à Budapest, en Hongrie, pour que la jeune retraitée de la vie politique cède de nouveau au jeu des micros tendus. La dernière fois remonte à deux ans en arrière, presque jour pour jour. Une éternité. L’ancienne députée FN du Vaucluse s’apprêtait alors à prendre la parole lors d’une Convention de la droite, porte de Versailles à Paris. Un raout monté sur pied par ses proches, rêvé comme une rampe de lancement à sa candidature pour 2022. Les doutes de la trentenaire, son manque de détermination et surtout son vœu de ne pas affronter sa tante, Marine Le Pen, en auront décidé autrement. Jusqu’à ce quelqu’un se décide à y aller pour elle.

À sept mois de la présidentielle, c’est sur une tout autre candidature que la sienne que Marion Maréchal est interrogée. Celle, justement, de l’homme avec qui elle partageait le haut de l’affiche de la Convention de la droite en septembre 2019: l’essayiste Éric Zemmour.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]