Une étude réalisée par NewsGuard auprès de plusieurs adolescents présente l’ampleur de la présence de fausses informations sur le réseau social plébiscité par les jeunes.

La pandémie de Covid-19 a accentué la propagation de fausses informations sur les réseaux sociaux. Alors que Facebook et Twitter tentent tant bien que mal d’enrayer le phénomène, c’est dernièrement TikTok, application la plus téléchargée en 2021, qui en fait les frais.

Une étude menée par NewsGuard révèle l’ampleur du fléau, notamment chez les plus jeunes utilisateurs. En août et septembre, NewsGuard a demandé à neuf enfants et adolescents âgés de 9 à 17 ans de créer des comptes sur l’application de partage de courtes vidéos.

Deux niveaux d’engagement

Les neuf participants étaient séparés en deux groupes: le premier ne devant avoir aucun engagement (c’est-à-dire ne pas interagir avec la plateforme); le second un haut niveau d’engagement.

Pendant les 45 minutes de l’éxperience, les cinq participants du groupe ayant interagi avec la plateforme ont vu 22 vidéos, tandis que les quatre participants de l’autre groupe n’en ont vu que 10. La majorité des membres du premier groupe ont vu neuf vidéos proposant du contenu de désinformation sur le Covid-19, tandis que celle du second groupe en a vu six.

L’un des participants, un Français âgé de 13 ans, a été exposé à une vidéo satirique sur le Covid-19 seulement 17 secondes après son arrivée sur l’application. Après 20 minutes, il a visionné une vidéo faisant référence au « nouvel ordre mondial », une théorie complotiste très répandue. En une demi-heure, la quasi totalité des contenus qu’il a vus relevaient de « fake news », sur les vaccins, la pandémie, et d’autres théories du complot.

« La sécurité et le bien-être de notre communauté est notre priorité, et nous travaillons efficacement pour prendre des mesures contre les comptes et contenus qui répandent de la désinformation, tout en faisant la promotion de contenus sûrs et pédagogiques au sujet de la pandémie », a répondu un porte-parole de TikTok, interrogé par NewsGuard sur la situation.



Source [ BFMTV ]