ANALYSE – Les deux candidats présentent deux approches différentes du pouvoir, et même de la politique en général. Yannick Jadot défendait son «écologie de gouvernement», quand Sandrine Rousseau estimait qu’il était urgent de «changer le système».

Le pire, c’est qu’ils sont souvent d’accord. Sortie du nucléaire, fin des pesticides, fin de l’élevage intensif… Yannick Jadot et Sandrine Rousseau, les deux finalistes de la primaire des écologistes, partagent les mêmes combats pour lutter contre le réchauffement climatique et défendre la cause environnementale. Pourtant, un important décalage les opposait mercredi soir, lors du débat télévisé d’entre-deux tours diffusé sur LCI, en partenariat avec Le Figaro.

Les deux candidats ont présenté deux approches différentes du pouvoir, et même de la politique en général. Yannick Jadot défendait son «écologie de gouvernement», quand Sandrine Rousseau estimait, elle, qu’il était urgent de «changer le système». Le premier juge qu’il faut plutôt rassurer les Français face aux «bouleversements» que propose le projet écologiste, quand la deuxième pense au contraire qu’il faut les révolter pour enclencher avec eux la transformation de toute la société. À l’écran, les regards souvent interloqués des candidats

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]