Jean-Luc Boujon
, modifié à

Le président de la République Emmanuel Macron est en visite à Lyon jusqu’à ce lundi pour fêter la gastronomie au Sirha, le salon de l’alimentation. Dimanche soir, il a dîné avec des cuisiniers et des pâtissiers de renom venus de toute la France, qui lui ont demandé de continuer à les soutenir.

Ce lundi, Emmanuel Macron poursuit sa visite à Lyon, entamée dimanche, avec un tour au Sirha, le salon de l’alimentation et de la gastronomie. Le président de la République a pris part la veille au soir au dîner des chefs étoilés dans l’enceinte de la Préfecture du Rhône, où 200 cuisiniers et pâtissiers de renom sont venus de toute la France. Le chef de l’État les a remerciés d’avoir tenu bon durant la crise sanitaire. De leur côté, les chefs ont salué les aides gouvernementales accordées à la profession pendant le plus dur de la crise du coronavirus… tout en en espérant d’autres pour accompagner la reprise.

« Il faudrait qu’on ait les moyens de plus payer nos employés »

Car aujourd’hui, c’est la pénurie de main d’œuvre qui pénalise fortement tous les métiers de bouche. Sébastien Bouillet, le pâtissier lyonnais qui avait préparé le dessert du président (un segment d’agrumes et son financier croustillant) demande un effort sur les cotisations patronales. « Il faudrait qu’on ait les moyens de plus payer nos employés en ayant moins de charges », explique-t-il. Lui assure avoir déjà « énormément augmenté [s]es salaires entre l’avant et l’après Covid pour attirer un maximum de gens ». À l’État de faire le reste. « Je pense qu’il faut plus nous aider là-dessus. »

« Si le pass sanitaire pouvait être un peu allégé… »

Même son de cloche du côté de Christophe Marguin, chef au 33 Cité, à Lyon. « Il nous manque 12 salariés sur 33. La solution n’est pas très compliquée. Si on nous enlève 20% de charges, on les donne net à nos salariés. » Et le chef de reprendre un chiffre en vogue : « il y a un million d’emplois à pourvoir aujourd’hui en France, on a besoin de gens pour que l’activité reprenne. »

Christophe Marguin a également une autre demande. « Si Emmanuel Macron pouvait nous annoncer que le pass sanitaire va être un peu allégé, que les gens aient encore plus de liberté, ce serait déjà merveilleux… » Des espoirs qui seront à nouveau formulés par la profession lors de la visite du chef de l’État dans la journée au salon de l’alimentation et de la gastronomie.



Source Europe 1