Le but salvateur de Griezmann, le courage des Milanais, mais aussi le carton rouge de Kessié : retrouvez nos Tops et Flops d’AC Milan-Atlético Madrid (1-2).

Tops

Le but salvateur de Griezmann
«Grizou» is back ! Son retour à l’Atlético n’a pas été vu d’un très bon œil par les supporters des Colchoneros qui sont encore très loin de lui avoir pardonné son transfert au FC Barcelone. Décevant depuis le début de saison, l’international français semblait avoir perdu son football, lui qui n’était même plus titulaire. Sur le banc au coup d’envoi, Griezmann s’est mué en sauveur à San Siro ce mardi. Son entrée en jeu à la place de Koke (61e) a tout changé. À la réception d’un très bon centre de Renan Lodi, le Français a surgi pour inscrire un but salvateur, d’une sublime reprise de volée pied gauche, parfaitement équilibrée (84e). Concrétisant la très nette domination de l’Atlético en seconde période, il a fait très mal au Milan et a grandement contribué à la victoire de son équipe.

Le courage des Rossoneri
Difficile de ressortir quelqu’un en particulier tant les joueurs de l’AC Milan ont été héroïques à dix contre onze ce mardi soir. L’omniprésence de Brahim Diaz, le courage de Bennacer, la bonne entrée de Tonali… Imposant un gros défi physique aux Colchoneros, les hommes de Pioli ont montré un super visage. S’ils ont craqué en toute fin de match, les joueurs de l’AC Milan ont loin d’avoir démérité. Leur pressing incessant leur a permis de mener logiquement au score grâce à Rafael Leao (20e). Rapidement réduits à dix suite à l’expulsion de Kessié (29e), ils ont tout donné pour préserver leur avantage. Ils n’étaient d’ailleurs pas loin d’y parvenir mais ont craqué en toute fin de rencontre par deux fois sur des buts de Griezmann (84e) et Suarez (90e +7). Solidaires jusqu’au bout, mais à dix contre onze, la mission était pratiquement impossible pour les Italiens.

Flops

Le rouge de Kessié
On le sentait venir. Alors que son équipe était bien dans le match, l’international ivoirien a complètement pété les plombs. Dans son duel avec Marcos Llorente, il a clairement abdiqué. Averti très tôt dans le match pour une faute d’antijeu, un accrochage sur l’international espagnol (15e), le milieu de terrain milanais, pourtant expérimenté, a perdu ses nerfs. Une nouvelle fois bousculé par le même homme, le joueur de 24 ans a récidivé, ce qu’il a payé très cher. De nouveau coupable d’une faute sur Llorente, il a écopé d’un second carton jaune, synonyme d’expulsion (29e) : le tournant du match. l’AC Milan se trouvait donc réduit à dix pour la suite de la rencontre. Cette sortie prématurée a grandement pesé sur le reste du match. Si les Rossoneri ont été valeureux, ils n’ont lâché physiquement, en infériorité numérique.

L’entrée de Ballo-Touré
Sale soirée pour Fodé Ballo-Touré. Lancé par Stefano Pioli pour pallier la blessure du très bon Brahim Diaz (57e), le latéral sénégalais a fait une entrée en jeu absolument désastreuse. L’ancien joueur de l’AS Monaco a semblé totalement inhibé par l’enjeu. Particulièrement fébrile, il a été l’auteur de nombreuses pertes de balles qui auraient pu avoir de graves conséquences. Entre approximations techniques et choix discutables, il n’était tout simplement pas au niveau des autres joueurs présents sur la pelouse. Il a contribué à pénaliser son équipe qui évoluait déjà à dix contre onze. Si le club monégasque a décidé de ne pas le conserver, il y a sans doute une raison.



Source [ Le figaro ]