Le patron des LR a précisé ce mardi matin le calendrier de désignation du candidat de la droite pour la présidentielle. Il a également fermé la porte à toute participation du polémiste à ce processus.

Christian Jacob a détaillé ce mardi matin le processus de nomination du futur candidat à la présidentielle à la sortie du Conseil stratégique de son parti.

La primaire ayant été exclue le week-end dernier par les militants réunis au Touquet, c’est un Congrès qui désignera le futur champion de la droite.

Tous les candidats déclarés (Xavier Bertrand qui a refusé le principe d’une primaire mais accepte de participer au Congrès, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Michel Barnier) ont jusqu’au 13 octobre pour envoyer leur candidature rue de Vaugirard.

Pas de passe-droit pour les parrainages

Le 4 novembre, ils devront faire parvenir au siège 250 parrainages d’élus d’au moins 30 départements différents.

Enfin, les militants seront appelés à désigner leur champion le 4 décembre lors d’un grand raout. Alors que certains jugent que la barre des 250 parrainages est trop élevée, il n’y aura pas de dérogation, a affirmé le patron des LR à BFMTV.

« Ceux qui seront vraiment candidats seront ceux qui ont les parrainages », a clarifié le député de Seine-et-Marne.

Question de calendrier

Autre crainte exprimée par certains ténors de la rue de Vaugirard, celle d’une désignation trop lointaine dans le temps alors que la majorité des partis ont déjà investi leur candidat.

« On est à 8 jours près des investitures de François Fillon et de Nicolas Sarkozy. On est dans la bonne période », juge ainsi le parlementaire.

La droite fracturée sur le cas Zemmour

Enfin, le numéro un des LR a refusé toute participation d’Eric Zemmour au Congrès et ce, alors qu’une tribune de sympathisants et militants de droite l’appelaient à rejoindre le processus de désignation.

« Zemmour est dans son couloir, ce n’est pas le mien. Plus il s’exprime, plus il s’éloigne (…) Il ne fait pas partie de notre famille politique. Il ne sera pas candidat, qu’il le veuille ou pas », a jugé Christian Jacob.

Une clarification qui fait suite aux déclarations contradictoires de plusieurs ténors de la droite. Le député européen François-Xavier Bellamy a par exemple déclaré ce lundi sur Public Sénat qu’il ne voyait pas ce qui « empêcherait » Éric Zemmour d’être candidat au congrès des LR.

De son côté, Eric Zemmour a répondu dans un tweet ironique à la fin de non-recevoir de Christian Jacob.

« Quelle tristesse: sans avoir rien demandé, je suis exclu de la course qui sert à choisir le Premier ministre de Macron », a ironisé le polémiste.



Source [BFMTV]