Invitée de RTL ce mercredi soir, Sandrine Rousseau, défaite la veille à la primaire écologiste, a déploré que l’échange ait été peu fructueux lors de son rendez-vous de l’après-midi avec le vainqueur, Yannick Jadot.

Alors qu’elle multiplie les avertissements à son vainqueur à la primaire écologiste depuis sa défaite mardi, Sandrine Rousseau a fait le bilan mercredi soir sur RTL de sa rencontre avec Yannick Jadot dans l’après-midi: « C’était un dialogue, à ce stade, peu constructif ».

« Mais c’est normal aussi. On est 24 heures après la primaire, ce sont des moments de négociations, qui ne sont simples pour personne », a-t-elle toutefois reconnu. Sandrine Rousseau a poursuivi: « Il a gagné, aucun doute là-dessus, mais qu’il entende que c’était une victoire courte ». Mardi soir, dans la foulée de sa victoire, Yannick Jadot avait toutefois promis à sa rivale malheureuse une « place essentielle » dans le dispositif monté pour la présidentielle.

La question de la radicalité

« Je n’ai pas l’impression qu’il ait perçu la dynamique. Je n’ai pas senti qu’il ait perçu l’importance de porter la radicalité comme transformation de notre société, de notre économie, de la structure du pouvoir », a pourtant regretté Sandrine Rousseau auprès de la radio: « Mais je suis sûre que maintenant, et à la suite de notre rencontre, il y a plein de possibilités pour qu’il l’entende ».

Il faut dire qu’au-delà de l’antagonisme des personnalités, se pose un débat idéologique. Yannick Jadot incarne devant l’opinion une ligne écologiste centriste tandis que Sandrine Rousseau tient davantage pour l’écologie radicale. Elle a plaidé la cause de son camp ce mercredi soir: « Aujourd’hui, on ne peut pas gagner sur une ligne purement réformiste. La ligne que j’ai portée correspond à une attente sociale, importante, forte, puissante. »

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV



Source [BFMTV]