Europe 1
, modifié à

Dans « Punchline », mardi soir, l’ancien chef de l’État a livré son regard sur la compétition entre les différents candidats de droite à l’élection présidentielle de 2022. Il s’est toutefois refusé à prendre parti pour l’une ou l’autre des personnalités en lice cet automne.

INTERVIEW

Qui de Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Éric Juvin, Michel Barnier ou Éric Ciotti Nicolas Sarkozy soutiendra-t-il dans la course à l’Élysée lors des prochains mois ? La voix de l’ancien chef de l’État est attendue, alors que Les Républicains se dirigent vers un congrès qui désignera le champion de la droite début décembre. Sur Europe 1 et CNews, mardi soir, pour présenter son livre Promenades (éditions Herscher), il a refusé de se prononcer en faveur de l’un ou l’autre des candidats. « Je prendrai position, le moment venu », a-t-il affirmé.

« Pas mon rôle de distribuer les bons points »

« Mais d’ici là (la décision issue du congrès LR, début décembre, ndlr), je ne veux pas (donner un avis). (…) C’est beaucoup trop tôt maintenant », a-t-il poursuivi dans Punchline. « Le moment venu, compte tenu de l’importance des enjeux, je dirai ce que je ferai, mais je ne veux pas commenter ce qu’est la vie politique » à l’heure actuelle, faite de tractations à droite, où chacun des candidats tentent de distancer les autres.

« Je ne veux pas les critiquer, ni les uns ni les autres, ça m’intéresse pas », défend l’ancien chef de l’État, qui se refuse donc à accorder à l’un des candidats un soutien de poids au sein de sa famille politique, qu’il n’a « jamais quittée ». « Chacun développe ses idées avec le talent qui est le sien. Ce n’est pas mon rôle d’aller distribuer des bons ou des mauvais points. Je détestais quand on le faisait à moins endroit, je ne vais pas le faire maintenant pour les autres. »



Source [ Europe 1 ]