Le doublé du jeune attaquant allemand, la belle jeunesse autrichienne, l’attaque fantomatique de Lille… Retrouvez nos tops et flops de la défaite nordiste à Salzbourg (2-1).

TOPS

Karim Adeyemi, l’homme-penalty

Un Losc averti n’en valait pas deux visiblement ce mercredi. Pourtant, les Nordistes n’ignoraient rien du danger représenté par l’attaquant de Salzbourg Karim Adeyemi. Notamment dans la surface adverse. Il y a deux semaines, à Séville, l’Allemand avait provoqué pas moins de trois penalties en première période. À la Red Bull Arena, Lille a mieux résisté en en concédant qu’un seul. Mais un de trop cependant. Même si les Nordistes gardent en travers de la gorge la possible faute d’Adeyemi en début d’action sur Gabriel Gudmundsson. Qu’importe, celle-ci n’était pas signalée et Adeyemi transformait lui-même la sanction. Avant de doubler la mise, toujours sur penalty, à la 53e minute. Mais cette fois, ce n’était pas lui qui l’avait obtenu…

Salzbourg, ça joue

Et de 33 ! Cela fait désormais 33 matches consécutifs que Salzbourg marque au moins un but. Une série qui en dit long sur le caractère très joueur de cette formation autrichienne. Qui s’est vu dans un dernier quart d’heure que la formation locale, malgré la jeunesse de son effectif, a maîtrisé superbement. En monopolisant le ballon, en continuant d’attaquer sans chercher plus que ça à gérer leur petit avantage. Un vrai plaisir de les voir se projeter en contre à 4 ou 5 à deux reprises. Après, ils confondent parfois vitesse et précipitation. Mais cet allant offensif est à saluer, d’autant plus qu’il a totalement privé les Lillois de l’opportunité d’égaliser…

FLOPS

Une première période à oublier sur le plan offensif

Alors que les dernières sorties du club nordiste laissaient espérer une montée en puissance, ses 45 premières minutes à la Red Bull Arena doivent impérativement être oubliées rapidement. Brillant le week-end contre Strasbourg (2-1), Timothy Weah a démontré durant ce premier acte son inconstance, avec des percussions qui ne dérangeaient pas les 35 printemps du capitaine de Salzbourg, Andreas Ulmer. Burak Yilmaz, lui, était actif, mais sans se montrer dangereux. Quant à Jonathan David, il fallait vérifier à plusieurs reprises que son nom figurait bien parmi les titulaires pour être sûr qu’il était sur le terrain. Résultat, en 45 minutes, Lille n’avait tiré que trois fois au but – dont deux têtes des défenseurs Jose Fonte et Sven Botman – pour aucune tentative cadrée.

Le cadeau de Philipp Köhn

Lille était dans un jour sans offensivement. Mais Lille a quand même marqué. Sur sa première frappe cadrée. Un coup franc excentré de Burak Yilmaz que le Turc tirait directement. Fort, certes. Mais directement sur le gardien de Salzbourg, Philipp Köhn, qui inexplicablement repoussait le ballon… Dans ses propres filets. Soit une grosse boulette qui aurait pu relancer Lille. Et qui fait de lui le meilleur joueur offensif nordiste ce mercredi soir. Tout un symbole.



Source [ Le figaro ]