L’iPhone 13 arbore un bloc photo dorsal différent de l’iPhone 12 puisque ses deux modules sont alignés en diagonale, et non à la verticale, mais ne gagne pas de capteur supplémentaire. Pour plus qu’un module grand-angle et un autre ultra-grand-angle, avec des capteurs de 12 mégapixels chacun, il faut donc se tourner vers la gamme Pro pourvue pour sa part de téléobjectifs.

Dans les grandes lignes, l’iPhone 13 semble conserver l’équipement de l’iPhone 12, mais le diable se cache dans les détails : son capteur principal est plus grand. Ses pixels de 1,7 µm (1,4 µm pour l’iPhone 12) rappellent ceux… de l’iPhone 12 Pro Max, dont il semble donc avoir hérité du capteur.

Le grand-angle de l’iPhone 13 livre-t-il de meilleurs clichés que l’iPhone 12 et se montre-t-il à la hauteur de l’iPhone 12 Pro Max ? Nous avons fait l’essai (à retrouver ici) et le résultat est sans appel : l’iPhone 13 offre un niveau de détails supérieur avec une homogénéité bien meilleure, permettant d’éviter des flous en périphérie visibles sur les clichés de l’iPhone 12. Il se hisse à la hauteur du 12 Pro Max, du moins en ce qui concerne son module principal.

Le gain est visible si on compare le smartphone à ses aînés. Mais la concurrence est rude et il importe de situer cet iPhone 13 face aux produits rivaux, tels le Galaxy S21 de Samsung, mais aussi le Galaxy S21+ à l’îlot photo identique.

Module grand-angle : 12 Mpx, f/1,6, éq. 26 mm

Au grand-angle justement, la teinte un peu froide repérée lors de notre comparatif est d’autant plus visible que l’exposition proposée par le Galaxy S21 est un peu meilleure et le rendu un brin plus saturé. Le niveau de détail est élevé sur les deux clichés, mais on constate une accentuation un peu plus marquée sur celui de l’iPhone 13. Ajoutons que, comme relevé lors de notre comparatif, l’iPhone 13 parvient à fournir une bonne netteté à la périphérie des clichés, ce qui mettait le Galaxy S21 en difficulté lors de notre test.



Samsung Galaxy S21 (éq. 26 mm, f/1,8, ISO 64, 1/100 s)


iPhone 13 (éq. 26 mm, f/1,5, ISO 32, 1/25 s)

De nuit, l’iPhone 13 produit un cliché un peu moins bien exposé, là encore, que son concurrent. Le bruit numérique est en revanche moins présent et les détails sont bien restitués. À noter que le temps de pose est très contenu (1/29 s), ce qui permet de limiter les flous de bougé.



Samsung Galaxy S21(éq. 26 mm, f/1,8, ISO 400, 1/17 s)


iPhone 13 (éq. 26 mm, f/1,6, ISO 1000, 1/29 s)

Module frontal, mode portrait et vidéo

Apple ne révolutionne pas la caméra frontale de son iPhone 13 : elle compte donc un capteur de 12 Mpx avec une optique grand-angle f/2,2. Les résultats sont bons et l’effet de bokeh globalement maîtrisé quand on fait appel au mode portrait.

Le format ProRes a quant à lui été annoncé en même temps que les iPhone 13. Ce format vidéo sera toutefois réservé aux modèles Pro et n’est pas encore disponible — Apple se contente d’évoquer une “disponibilité prochaine”. L’iPhone 13 n’est pas pour autant mal loti au rayon de la vidéo. Le smartphone est capable de filmer jusqu’en 4K à 60 i/s (avec Dolby Vision), avec prise en charge de la stabilisation optique au grand-angle. Le mode Cinématique, lui aussi inauguré par Apple cette année, fait ses débuts sur l’iPhone 13 jusqu’en 1080p à 30 i/s. Ce mode permet de profiter d’un effet de bokeh automatique autour du personnage principal d’une scène quelconque. Le smartphone se charge de suivre le sujet et vous permet en post-production de modifier la mise au point sur un autre sujet au choix. L’outil fonctionne bien et fera sans doute le bonheur des plus créatifs, mais réclame une bonne luminosité ambiante pour être parfaitement efficace. On attend également la possibilité d’appliquer facilement ce mode à des objets.

Le mode nuit, préférant une pose plus longue (1/8 s), compense les défauts précédemment relevés. L’exposition est bien meilleure et les détails se font plus lisibles. On apprécie la qualité du traitement opéré par Apple, qui évite un lissage bien souvent présent sur les photos des modèles concurrents.



iPhone 13 (mode nuit, ISO 400, 1/8 s)


iPhone 13 (nuit)

Module ultra grand-angle : 12 Mpx, f/2,4, éq. 13 mm

L’exposition un peu mieux maîtrisée sur le Galaxy S21 au grand-angle l’est également à l’ultra grand-angle. De jour, elle permet avant tout de conserver une colorimétrie plus vive, quitte à perdre un chouïa en naturel. Une accentuation marquée permet d’ailleurs de retrouver des détails moins bien restitués par l’iPhone 13, tels les caractères sur la tranche du livre ou les yeux des danseurs situés sur la gauche du cliché.



Samsung Galaxy S21 (éq. 13 mm, f/2,2, ISO 50, 1/100 s)


iPhone 13

S’il est un exercice dont peu de smartphones parviennent à sortir vainqueurs, c’est bien celui de la capture de nuit à l’ultra grand-angle. L’iPhone 13 souffre de défauts classiques : clichés sombres avec du bruit numérique et le lissage des détails. Ceci étant, malgré un niveau de détails moindre que celui du Galaxy S21, l’iPhone 13 a le mérite de ne pas recréer des informations erronées. Bref, les clichés sont difficilement exploitables, mais un peu plus fidèles.



Samsung Galaxy S21 (éq. 13 mm, f/2,2, ISO 2500, 1/10 s)


iPhone 13 (éq. 13 mm, f/2,4, ISO 2500, 1/28 s)

La pose longue activée automatiquement par l’iPhone permet, au prix d’un bruit numérique prononcé, de retrouver une exposition beaucoup plus juste et un niveau de détail plus satisfaisant. Pas de quoi s’enthousiasmer, mais au moins les éléments du cliché sont-ils exploitables.



iPhone 13 (mode nuit, f/2,4, ISO 1250, 1/8 s)


iPhone 13 (éq. 13 mm, f/2,4, ISO 2500, 1/28 s)



Source [ Les numériques ]