Les syndicats dénoncent les nouvelles règles qu’ils jugent particulièrement pénalisantes pour les chômeurs.

C’est la mesure phare de la très décriée réforme de l’assurance chômage. La mesure qui doit dégager le plus d’économie, la mesure qui doit inciter le plus le retour à l’emploi mais aussi et surtout, la mesure qui tend le plus les syndicats et l’opposition… Après plus de trois ans de rebondissements et de couacs en tous genres, le gouvernement pose ce vendredi la dernière pierre de sa réforme de l’assurance chômage en faisant entrer en vigueur une nouvelle méthode de calcul. Le Figaro en décrypte les tenants et les aboutissants

Qu’est-ce que ce fameux « SJR » ?

Le salaire journalier de référence est la base de calcul de l’allocation-chômage. Il était jusqu’alors obtenu en divisant les salaires bruts perçus au cours des 12 derniers mois par le nombre de jours travaillés sur cette «période de référence». Pôle emploi calcule ensuite l’allocation journalière: il utilise deux formules et retient comme montant le résultat le plus élevé entre 40,4% du SJR +12,05 euros Ou 57% du SJR. «La définition du salaire de référence est fondamentale car elle pose la question du revenu que l’assurance chômage doit remplacer», explique l’expert Bruno Coquet.

Pourquoi y toucher ?

«Définir le revenu à remplacer, c’était facile quand tout le monde sortait d’un CDI à temps plein ou même à temps partiel. Il n’y avait pas de trous dans les historiques d’emplois», ajoute l’économiste. Mais l’explosion des contrats courts (de moins d’un mois) «a engendré de fortes inégalités entre les chômeurs ayant eu des contrats fractionnés et ceux ayant travaillé tous les jours». Comme seuls les jours travaillés sont pris en compte, le SJR est plus élevé pour les premiers. Par exemple, entre deux salariés travaillant le même nombre d’heures au même salaire, celui qui travaille 15 jours par mois aura une allocation mensuelle deux fois plus élevée que celui en CDI à mi-temps.

Une « aberration » pour le gouvernement. En 2019, Muriel Pénicaud, alors ministre du Travail et s’appuyant sur une note de Pôle emploi, affirmait qu’un chômeur sur cinq percevait, lors de l’ouverture de ses droits, une indemnisation supérieure à la moyenne de ses précédents salaires. Un chiffre contesté par l’Unedic qui démontrait qu’une telle situation concernait seulement 4% des chômeurs. Une étude de la Dares montre aussi que, du fait de la complexité des règles, ces «permittents» sont peu en mesure «d’optimiser» l’indemnisation chômage.

Quel impact ?

La réforme de 2019 prévoyait que le SJR soit calculé en divisant les salaires perçus au cours des 24 mois précédant la situation de chômage, par l’ensemble des jours – travaillés ou non – entre le premier et le dernier jour d’emploi de cette période de 24 mois. Mécaniquement, cela baisse fortement le montant de l’allocation (puisqu’on divise le même salaire par plus de jours) de ceux qui ne travaillent pas en continu. En contrepartie, leur durée d’indemnisation est prolongée (les jours non travaillés donnant aussi lieu à un jour d’indemnisation). Mais le Conseil d’État a invalidé, en novembre 2020, cette mesure au motif qu’elle entraînait «une différence de traitement manifestement disproportionnée» entre chômeurs.

Pour l’atténuer, l’exécutif a plafonné le nombre de jours non travaillés pris en compte, ce qui donne l’effet suivant sur une personne ayant travaillé au Smic huit mois sur les 24 derniers. Elle aurait bénéficié d’une allocation de 985 euros pendant huit mois avec les règles de 2017. Avec la réforme de 2019, elle aurait perçu 389 euros pendant 24 mois. Avec le plafonnement, l’allocation serait de 667 euros pendant 14 mois, sachant que les chômeurs n’utilisent en moyenne que 68% de leurs droits.

Une baisse d’indemnisation ?

L’Unedic estime que jusqu’à 1,15 million de personnes ouvrant des droits dans l’année suivant l’entrée en vigueur de la réforme toucheront une allocation mensuelle plus faible de 17% en moyenne par rapport aux règles actuelles. Une baisse qui pourrait être compensée en partie par des prestations de solidarité type prime d’activité. Mais la réforme du SJR va aussi abaisser le plafond du cumul chômage salaire. «Il faut voir ce qui l’emporte entre l’incitation à reprendre un emploi parce que l’allocation est plus faible et le moindre intérêt de cumuler un emploi et une allocation», souligne Bruno Coquet.

La CGT juge que la réforme accentuera certaines inégalités, simplement en fonction de la date d’un contrat de travail. Pour Bruno Coquet, «l’assurance chômage est un château de cartes dont on ne peut bouger une carte (le SJR) isolément des autres (conditions d’éligibilité, durée des droits, taux de remplacement, règles de cumul…). »Pour que les chômeurs touchent une même allocation au regard des revenus qu’ils ont assuré, il faudra une nouvelle réforme », plaide-t-il.



Source [Le figaro ]