INTERVIEW – Champion du monde de skateboard au milieu des années 1980 et fondateur ensuite de la marque Etnies, le Français se confie pour Le Figaro sur le développement de sa discipline dans l’Hexagone en vue de Paris 2024.

LE FIGARO. – Avec le recul, quel bilan faites-vous de la première participation du skateboard aux Jeux olympiques ?

Pierre-André SENIZERGUES. – Je pense que cela a été une très bonne expérience pour le skate. Beaucoup de gens se posaient la question de savoir si cette discipline avait sa place aux Jeux, y compris même parmi les skateurs qui se demandaient si l’esprit de compétition olympique ne risquait pas d’aller à l’encontre des valeurs de la discipline où le résultat est finalement secondaire. Finalement, tout s’est bien passé car le format a été intelligemment choisi et représentait vraiment ce qu’est le skate. On a vu des skateurs et skateuses faire le spectacle, tenter les figures les plus difficiles sans se soucier trop du podium.

L’inquiétude était forte de voir l’olympisme pervertir, d’une certaine façon, la culture skate…

Avant les Jeux, beaucoup de skateurs hésitaient entre y aller ou pas. Ils avaient le cul entre deux chaises mais très vite, l’évidence s’est imposée :

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [ Le figaro ]