Un changement de prestataire… et plus de gendarme. Cela peut se traduire par une reprise soudaine des appels téléphoniques non sollicités.

Bloctel ne répond plus. Le contrôle du démarchage téléphonique est en panne depuis ce matin, comme le révèle le site en-contact. Sur la page d’accueil de ce service dépendant de la direction de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), figurent quelques lignes d’explication «À compter du 1er octobre 2021, le service Bloctel change d’exploitant Ce changement implique une opération de maintenance du site de quelques jours actuellement en cours». Sans qu’une date de rétablissement soit donnée.

Pour les consommateurs, cette panne pourra se traduire par une reprise soudaine des appels téléphoniques non sollicités. En effet, il n’est plus possible de savoir qui est inscrit sur les listes Bloctel. De même, inutile de se précipiter sur le site pour ajouter son nom et échapper aux coups de fil non sollicités : cela ne fonctionne pas.

L’origine de la panne est connue. La DGCCRF a attribué le marché de renouvellement de la concession du prestataire informatique en charge de l’actualisation de la liste d’opposition au démarchage téléphonique, Bloctel, à Worldline. Celui-ci prend donc la suite d’Opposetel, à compter de ce jour, 1er octobre. Du moins en théorie. Dans la pratique, le changement de prestataire coince.

Paradoxalement, «ce sont les spécialistes du centre d’appels qui ont donné l’alerte, comme l’explique un porte-parole d’en-contact au Figaro. D’un point de vue juridique s’ouvre donc une période de non-droit puisque tous les appels qui seraient ou sont émis depuis ce matin ne sont plus hors la loi». Loin de rassurer cette absence de gendarme inquiète les professionnels, qui craignent un rappel à la loi.

À voir aussi – Harcèlement téléphonique : la pétition d’UFC-Que Choisir (02/02/2017)



Source [Le figaro ]