Le CubeSat Colorado Ultraviolet Transit Experiment (Cute) a décollé ce lundi 27 septembre. Pendant environ sept mois, il étudiera la physique des espèces volatiles autour des Jupiter chauds. Cette mission sera un test majeur des capacités d’un tel petit satellite.

Le Colorado Ultraviolet Transit Experiment (en abrégé Cute, qui signifie aussi « mignon » en anglais) a décollé de la Vandenberg Space Force Base, en Californie, le 27 septembre 2021 à bord d’une fusée Atlas V emportant également le satellite d’observation de la Terre Landsat 9. Pendant environ sept mois, le satellite étudiera la physique des espèces volatiles autour de planètes extrêmement chaudes en orbite autour d’étoiles loin de la Terre, des Jupiter chauds. C’est la première mission de type CubeSat financée par la Nasa destinée à scruter ces mondes lointains, constituant de ce fait un test majeur de ce dont les petits vaisseaux spatiaux peuvent être capables.

Les CubeSats, petits mais costauds

Cute, conçu et construit au Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale (LASP) de l’Université du Colorado à Boulder (CU Boulder), est un CubeSat 6U, c’est-à-dire un petit satellite dont la taille équivaut à six cubes de 10 centimètres de côté. Cute fait ainsi à peu près la taille d’une grosse boîte de céréales. Contrairement aux missions spatiales plus importantes, qui coûtent souvent des centaines de millions de dollars, les ingénieurs peuvent produire des CubeSats à bon marché. Cute coûte ainsi environ 4 millions de dollars (3,4 millions d’euros).

Pour Daniel Baker, directeur du LASP, les CubeSats étaient souvent vus comme des « jouets » il y a à peine dix ans, qui pourraient être utiles comme outils d’enseignement et de formation, mais il y avait un scepticisme généralisé quant au fait que la science de pointe pourrait être réalisée avec de si petites plateformes. « Je suis ravi que le LASP et l’université du Colorado aient ouvert la voie en démontrant qu’une science remarquable peut être réalisée avec de petits systèmes. Cute et d’autres missions CubeSat de CU [l’Université du Colorado, ndlr] changent le paysage de la recherche fondamentale. » « C’est une expérience que la Nasa mène pour voir combien de sciences peuvent être faites avec un petit satellite », précise Kevin France, chercheur au LASP, professeur au Département des sciences astrophysiques et planétaires et chercheur principal de la mission. « C’est excitant mais aussi un peu intimidant. »

Des planètes qui s’évaporent

Cute va étudier les Jupiter chauds, ces planètes gazeuses dont la température dépasse souvent le millier de degrés Celsius. Les découvertes du satellite aideront les scientifiques à mieux comprendre comment ces planètes, et bien d’autres, évoluent et même rétrécissent sur des milliards d’années. « Ces planètes sont si près de leurs étoiles mères qu’elles reçoivent une énorme quantité de rayonnement », explique Kevin France.

Ce rayonnement fait des ravages sur une planète au fil du temps. À ces températures, l’atmosphère des Jupiter chauds se dilate et peut s’échapper dans l’espace. C’est là qu’intervient Cute : tout au long de sa mission, le satellite mesurera la vitesse à laquelle les gaz s’échappent d’au moins 10 Jupiter chauds. Cute est bien adapté pour ce type de mission car, contrairement aux missions spatiales plus importantes comme Hubble, ce satellite n’a qu’une tâche à accomplir : scanner autant de Jupiter chauds que possible au cours de sa courte durée de vie. Ces découvertes pourraient en apprendre beaucoup aux scientifiques, non seulement sur les Jupiter chauds, mais aussi sur toute la gamme des planètes qui existent dans la galaxie, y compris des mondes petits et rocheux comme la Terre et ses proches voisins : Mars, par exemple, a également perdu une grande partie de son atmosphère en près de 3 milliards d’années, rendant la planète inhabitable pour l’Homme.

Les membres de l’équipe scientifique de la mission Cute comprennent des chercheurs de l’université de Leiden et de l’université d’Amsterdam aux Pays-Bas, de l’université de l’Arizona, de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie autrichienne des sciences et de l’université de Toulouse en France.

Ce qu’il faut retenir

  • Cute est un petit satellite à peine plus gros qu’une boîte de céréales.
  • Cute va étudier des Jupiter chauds, des planètes gazeuses très chaudes, et mesurera plus précisément la vitesse à laquelle les gaz de leur atmosphère s’en échappent.
  • Cute vise aussi à montrer que de tels satellites miniatures peuvent relever de grands défis scientifiques.

Futura dans les Étoiles, c’est le rendez-vous incontournable des amateurs d’astronomie et d’espace. Tous les 1ers du mois, retrouvez-nous pour un tour complet des éphémérides du mois, avec des conseils pour observer au mieux ce qu’il se passe dans le ciel. Un épisode spécial publié tous les 15 du mois vous proposera d’en apprendre plus sur un objet ou un événement particulier qui marquera l’actualité astronomique et spatiale.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?



Source [ Fututa science ]