Lionel Gougelot, édité par Clément Perruche

La première édition du Paris-Roubaix féminin débute ce samedi à 13h35. Les cyclistes vont devoir se frotter à un parcours de 116 kilomètres et finir par les fameux pavés de « l’Enfer du Nord ». Les coureuses de l’équipe Française des jeux ont effectué cette semaine des repérages du parcours . Europe 1 les a rencontrées.

REPORTAGE

Pour la première fois, les cyclistes femmes vont fouler les pavés de la mythique course du Paris-Roubaix. Le parcours a été raccourci, à 116 kilomètres, mais les coureuses fouleront les mêmes pavés que leurs collègues masculins. L’édition féminine de la reine des classiques débute ce samedi à 13h35. Europe 1 est allée à la rencontre des coureuses de l’équipe Française des jeux alors qu’elles effectuaient des reconnaissances du parcours.

Tout peut se passer

Maëlle Grossetête a parcouru cette semaine les 17 secteurs pavés du Paris-Roubaix féminin, une course où il peut, selon elle, tout se passer. « Il peut y avoir plein de rebondissements. Il y a de l’appréhension, mais beaucoup d’excitation et surtout une grande motivation », explique la coureuse de l’équipe Française des jeux. La cycliste se prend à rêver d’une victoire : « c’est une course que j’ai préparée et l’équipe me fait confiance sur cette épreuve. C’est une motivation en plus. Gagner Paris-Roubaix, c’est un rêve. Si on ne rêve pas, on y arrivera pas. Il faut rêver un petit peu ». 

La course de ce samedi s’annonce historique. Le vélodrome de Roubaix verra ce samedi le premier sacre d’une femme sur la reine des classiques.

Une vraie conquête pour le vélo féminin

Cette première édition est une vraie conquête pour le vélo féminin, selon Stephen Delcourt, le manager de l’équipe FDJ. « C’est là où s’écrivent les légendes de notre sport et ce sera la première fois qu’une femme pourra écrire son nom sur le palmarès. Ça va faire des vocations. C’est vraiment ça, la belle histoire : pouvoir écrire le nom d’une femme sur Paris-Roubaix ».

Du vent, de la pluie et de la boue sont prévus pour la course. Tous les ingrédients sont réunis pour écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du cyclisme.



Source [ Europe 1 ]