Maud Descamps
, modifié à

Il va être de plus en plus difficile de payer ses factures énergétique. Mais alors que les prix du gaz et de l’électricité s’envolent, le gouvernement planche sur plusieurs mesures pour éviter aux Français de subir directement les très fortes hausses des tarifs attendues. Cela pourrait passer, par exemple, par un lissage des récentes augmentations ou une diminution de la fiscalité sur l’énergie.

DÉCRYPTAGE

Le gouvernement se serait bien passé, à quelques mois de la présidentielle, d’une menace aussi importante pour le pouvoir d’achat des Français. Comment limiter l’impact de la hausse des prix de l’énergie ? C’est la question qui taraude tout l’exécutif depuis quelques semaines. Alors que le prix du gaz va augmenter de 12,6%, vendredi, il est supérieur de 57% à son prix il y a un an. Ce n’est pas mieux pour l’électricité, dont les tarifs vont également augmenter en début d’année prochaine. Le chèque énergie a été rallongé de 100 euros, mais cela ne suffira pas à couvrir la hausse des prix.

La hausse des prix du gaz et de l’électricité pourrait être étalée

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal annonçait mardi sur notre antenne que d’autres coups de pouce étaient à l’étude et plusieurs scénarios sont à l’étude. Le premier serait de lisser la hausse des prix du gaz et de l’électricité pour éviter les variations brutales des montants des factures. C’est un mécanisme qui a déjà été utilisé l’an dernier et l’année précédente. Il permet d’étaler la hausse notamment sur les mois d’été lorsque les prix sont moins élevés.

Autre pistes évoquée, diminuer la fiscalité : aujourd’hui, les taxes représentent 30% de notre facture d’énergie, avec notamment une TVA sur les taxes. Une surtaxe dénoncée par plusieurs parlementaires avec qui Europe 1 a pu échanger, qui estiment que sa suppression allègerait les factures des Français.

Quel est le calendrier du gouvernement ?

Le gouvernement consulte à la fois les experts de la Commission de régulation de l’énergie mais aussi les fournisseurs comme EDF ou Engie, qui ont fourni à l’exécutif des pistes de réflexion pour faire baisser la facture. En tout cas, un grand acteur de ce secteur a bien fait comprendre qu’il ne faudrait pas des mesures qui nuiraient à leur compétitivité et à la transition écologique. Les arbitrages devraient être rendus dans les prochains jours.



Source Europe 1