La SUV1000 de Wispeed n’est pas un modèle compact, loin de là. Elle affiche des dimensions généreuses qui la placent dans la catégorie d’une Z8 Pro plus que dans celle d’une E-Twow. Les finitions proposées par la trottinette française sont plutôt satisfaisantes dans l’ensemble. Seules certaines parties en plastique détonnent un peu, comme l’accélérateur ou le garde-boue arrière. Rien de bien méchant cependant. Une fois le guidon assemblé au sortir du carton, nous ne notons aucun jeu dans les différentes parties de l’engin.

Il faut dire que la SUV1000 joue la sécurité sur ce point en ne proposant pas de régler la hauteur du guidon. Ce dernier culmine à 103 cm au-dessus du deck, offrant une position qui conviendra correctement aux utilisateurs entre 1,70 et 1,90 m. Le deck est large (17 cm) et suffisamment long (50 cm) pour accueillir les deux pieds, même lorsqu’ils sont grands. La surface est recouverte d’un caoutchouc qui assure une bonne accroche des pieds. Ce matériau est moins accrocheur qu’un véritable grip lorsqu’il pleut ou que les semelles sont mouillées, mais il s’usera moins rapidement. Les bas de pantalons resteront bien au sec grâce aux larges garde-boue placés sur les deux roues.

La Wispeed SUV1000 se destine plus aux longs trajets sur des pistes cyclables qu’aux sauts de puce entrecoupés de passages en transports en commun. Néanmoins, la marque n’a pas opté pour un guidon trop large. Celui-ci ne dépasse pas 47 cm de large, dans la moyenne des autres guidons donc. La Z8 Pro et son guidon large de 59 cm offrent une meilleure stabilité, mais ses poignées peuvent être rabattues. Sans doute Wispeed a-t-il préféré limiter la largeur du guidon pour que celui-ci ne soit pas trop encombrant en l’absence de système de pliage.

Les poignées sont recouvertes d’un caoutchouc accrocheur, mais inconfortable sur les longs trajets. Les petits picots présents à sa surface finissent par être désagréables. Les leviers de freins tombent pour leur part parfaitement sous les doigts, tandis que l’accélérateur prend place sous le pouce de la main droite. La sonnette mécanique, désormais obligatoire en France, est bien au rendez-vous sur le côté gauche et s’actionne sans peine.

Au démarrage, l’écran de la SUV1000 demande de saisir un code de déverrouillage. Le code à 3 chiffres est défini au premier démarrage à l’aide des touches + et -. Un bon moyen de freiner un éventuel voleur ou d’empêcher un enfant d’aller faire un tour sans y être autorisé. Autre bon point pour cette trottinette électrique, elle possède un anneau soudé au cadre permettant d’y passer un antivol. Une caractéristique oubliée par beaucoup de modèles sur le marché.

L’écran de la Wispeed SUV1000 affiche clairement les informations essentielles : vitesse instantanée, distance parcourue, niveau de batterie, allumage des phares et activation du régulateur de vitesse. Sa luminosité est suffisante pour qu’il reste lisible même en plein soleil. Les phares à l’avant et à l’arrière sont bien présents, comme l’exige la loi. Le feu avant éclaire correctement, mais ne peut suffire en cas d’absence d’éclairage public la nuit. Le feu arrière s’allume plus intensément lors d’un freinage.

La Wispeed SUV1000 se plie très facilement. Il suffit d’actionner le petit levier qui se trouve à la base de la potence pour la faire basculer vers le deck. Un crochet permet ensuite d’arrimer la potence au garde-boue arrière. La manœuvre inverse est tout aussi simple. Le crochet rouge peut également servir pour y accrocher un sac ; pratique si l’on va faire ses courses en trottinette électrique.

Malgré tout, même repliée sur elle-même, la SUV1000 occupe un volume important. Les poignées non rabattables et l’ensemble assez haut rendent l’engin difficile à caser dans un petit appartement ou dans le coffre d’une voiture. Les 18 kg de la trottinette ne sont pas non plus idéals pour des déplacements qui comprennent des transports en commun.

La limitation de vitesse à 25 km/h imposée par la loi française aux trottinettes électriques bride l’intérêt des modèles à moteurs très puissants. En choisissant un moteur de 320 W (500 W en crête), Wispeed semble avoir fait un choix raisonnable. La SUV1000 offre 2 vitesses de fonctionnement. La première lui permet d’atteindre 16 km/h et la seconde monte à 25 km/h. Il manque une vitesse plus lente qui briderait l’engin à 5 ou 6 km/h pour coller aux exigences de circulation sur les trottoirs, lorsque celle-ci est autorisée. On pourrait arguer que les dimensions de la Wispeed SUV1000 ne se prêtent guère à de telles manœuvres, mais la trottinette française fait pourtant preuve d’une belle agilité à faible allure.

Quoi qu’il en soit, la SUV1000 est plus adaptée aux longues pistes cyclables dégagées qu’aux rues piétonnes surpeuplées. Elle se montre suffisamment vive pour être agréable à conduire en agglomération, avec un 0 à 25 km/h réalisé en 4 secondes. Le comportement au démarrage est en revanche un peu déroutant. Tantôt il semble falloir lancer la trottinette d’un coup de patin, tantôt celle-ci accepte de démarrer à l’arrêt.

Dans la pratique, bien que le compteur affiche un constant « 25 km/h », la vitesse réelle mesurée au GPS se situe plus entre 23 et 24 km/h. La Wispeed SUV1000 se montre satisfaisante dans les côtes et parvient à maintenir une très bonne allure. Nous avons même été agréablement surpris de la voir atteindre 21 km/h dans une pente marquée après un arrêt en pleine montée. Lorsque l’accélérateur est maintenu pendant 10 secondes à la vitesse maximale de l’engin, un régulateur de vitesse s’enclenche. On peut alors relâcher l’accélérateur tout en continuant à sa vitesse de croisière. Cette fonction se révèle très pratique si l’on roule sur de longues lignes droites sans obstacle. Dès lors que les trajets sont plus hachés, on peut se laisser surprendre à ne pas décélérer en lâchant la gâchette. Il faudra prendre le réflexe de surveiller cela, car la fonction ne peut pas être désactivée.

Alors que beaucoup de modèles de trottinettes électriques perdent nettement en puissance à mesure que la batterie se vide, la SUV1000 reste quasiment aussi véloce du début à la fin. Une très bonne chose qui permet de se fier facilement à la jauge de batterie affichée sur l’écran de la trottinette.

La Wispeed SUV1000 peut compter sur 2 pneus de 10 pouces de diamètre. De quoi offrir une très bonne tenue de route à l’engin. La SUV1000 fait ainsi partie des modèles les plus stables que nous ayons testés. Revers de la médaille, les pneus peuvent être victimes de crevaisons et demandent à être regonflés régulièrement. En choisissant de placer le moteur dans la roue arrière, Wispeed a fait le choix de démarrages plus maitrisés, mais cela se ressent pour franchir un trottoir. Le poids à l’arrière de la trottinette est plus difficile à soulever.

Les pneus gonflables absorbent correctement les petites aspérités de la route, mais des amortisseurs auraient été bienvenus en complément pour les plus gros nids de poule. Le confort reste correct, mais un Z8 Pro offrira un bien meilleur confort sur tous les terrains.

Le freinage est assuré par deux freins à disque mécaniques. Dans cet exercice, la Wispeed SUV1000 est très efficace. Il lui faut à peine 3 mètres pour s’arrêter complètement lorsqu’elle est lancée à pleine vitesse. Toutefois, il conviendra — comme avec la plupart des deux-roues — de bien doser son freinage pour ne pas bloquer la roue avant et partir par-dessus son guidon. Une fois le dosage bien appris et maitrisé, la SUV1000 inspire la sécurité.



Source [ Les numériques ]