RÉCIT – L’homme aux mille vies a été impliqué jusqu’à son dernier souffle dans le grand journal de la ville de Marseille. Bernard Tapie détenait 89% des parts du Groupe La Provence, qui édite également Corse-Matin.

«La Provence, c’est le troisième nom le plus connu dans le monde, derrière Paris et la tour Eiffel. C’est une marque plus connue que Cartier ou que LVMH», s’exclamait Bernard Tapie en 2014. La disparition ce dimanche de l’homme aux mille vies à 78 ans, après un long combat contre le cancer, signe également celle d’un patron de presse, impliqué jusqu’à son dernier souffle dans le journal La Provence à Marseille.

C’est à la fin de l’année 2012 que Bernard Tapie met la main pour 40 millions d’euros sur les derniers titres régionaux du groupe Hersant (GHM): La Provence, Nice-Matin, Var-Matin, Corse Matin, ainsi que le pôle Antilles-Guyane. L’empire de presse, premier groupe de la région PACA, suffoque sous le poids d’une dette de 215 millions d’euros. Près de 4000 emplois sont en jeu. Un nouveau défi pour l’homme d’affaires de 70 ans, connu pour avoir repris dans les années 1980 de nombreuses boîtes en difficulté. Bernard Tapie devient alors copropriétaire du groupe avec Philippe Hersant, en

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source [Le figaro ]