L’iPad mini profite d’un nouveau design et d’une puissance redoutable. Mais son prix et sa taille en font un produit de niche.

Ce fut l’une des surprises de la conférence de rentrée d’Apple. Aux côtés de la gamme d’iPhone 13 et iPhone 13 Pro, ainsi que de l’Apple Watch Series 7, l’iPad mini a fait son grand retour. La tablette miniature d’Apple profite enfin d’une refonte esthétique, se rapprochant désormais de l’iPad Pro, et d’un écran plus grand. Il faut compter au minimum 559 euros pour se l’offrir.

Les forces de l’iPad mini (2021)

Un format unique

Sur le marché, l’iPad mini reste un produit à part, qui se destine à une clientèle bien spécifique. Ce produit s’adresse avant tout à des personnes qui souhaitent se balader avec un écran plus grand que celui d’un smartphone et qui n’ont pas pas d’impératif majeur de productivité. Une fois ce constat effectué, il faut reconnaître que l’Ipad mini confère un sentiment unique en associant une légèreté absolue -moins de 300 grammes- à un écran très confortable -8,3 pouces, contre 7,9 pouces pour la version précédente.

L'iPad mini (2021) d'Apple
L’iPad mini (2021) d’Apple © BFMTV

A la maison ou en déplacement, l’iPad mini est probablement ce qui se fait de mieux pour regarder une vidéo YouTube, naviguer en ligne, jouer à certains jeux vidéo, mais aussi et surtout lire; qu’il s’agisse d’un magazine ou d’un livre numérique. Une liseuse de luxe, compte tenu de son prix. La compatibilité avec le stylet Apple Pencil de deuxième génération réjouira aussi les amateurs de dessin.

Un très beau design

Esthétiquement, l’iPad mini ressemble à s’y méprendre à l’iPad Air, lui-même inspiré de l’iPad Pro. Autrement dit, le produit est désormais dénué de bouton principal, le capteur Touch ID étant relégué sur la tranche. L’écran occupe une plus large partie de la façade.

L'iPad mini (2021) d'Apple
L’iPad mini (2021) d’Apple © BFMTV

Comme sur les autres modèles d’iPad -excepté celui d’entrée de gamme- et sur les iPhone, on retrouve ainsi des tranches plates qui favorisent une bonne prise en main. En plus des traditionnels coloris “gris sidéral”, “lumière stellaire” et rose, Apple propose une version mauve de sa tablette du plus bel effet.

Un écran amélioré

Plus grand, l’écran est également de meilleure facture que sur la précédente génération. Sans basculer vers l’OLED ni profiter d’un taux de rafraîchissement à 120 Hz, la dalle de l’iPad mini est bien détaillée. Le confort de lecture est au rendez-vous, avec une luminosité très satisfaisante, y compris pour une utilisation en extérieur.

L'iPad mini (2021) d'Apple
L’iPad mini (2021) d’Apple © BFMTV

Une puissance maximale

Apple intègre à son iPad mini son processeur de dernière génération, la puce A15, également présente sur les iPhone 13. Cette configuration assure une fluidité imparable et laisse surtout entrevoir une excellente durée de vie. Ce qui est loin d’être négligeable pour une tablette, remplacée moins fréquemment qu’un smartphone.

Un port USB-C

Contrairement à l’iPhone, l’iPad mini profite d’un port USB-C. Le même que celui que l’on retrouve sur les autres iPad haut de gamme, sur les MacBook… et sur les smartphones Android. Ce choix de connectique ne peut être que salué, dans la mesure où il apporte une meilleure flexibilité tout en permettant une charge plus rapide qu’avec un câble Lightning, le port propriétaire d’Apple.

L'iPad mini (2021) d'Apple
L’iPad mini (2021) d’Apple © BFMTV

Les faiblesses de l’iPad mini (2021)

Un prix trop élevé

Malgré les améliorations de ses iPhone, Apple n’en augmente plus les tarifs depuis plusieurs années. On aurait souhaité qu’il en soit de même avec un iPad mini, qui, rappelons-le, n’intègre ni Face ID, ni double module caméra, ni écran OLED. Hélas, l’iPad mini s’approche dangereusement des 600 euros.

L’iPad mini de la génération précédente coûtait 459 euros, soit 100 euros de moins que cette nouvelle version, proposée à partir de 559 euros. Une augmentation de prix de plus de 20%, sans tenir compte du tarif d’éventuels accessoires (Apple Pencil à 135 euros et étui de protection à 65 euros).

Pas de vrai clavier

Comme évoqué plus haut, l’iPad mini est une tablette idéale pour consulter tous types de contenus. Mais elle devient nettement moins pertinente lorsqu’il s’agit d’en produire. En position verticale comme horizontale, le clavier virtuel n’est pas le plus confortable à utiliser.

Malheureusement, en raison du format compact, Apple ne propose aucun étui intégrant un clavier physique, comme c’est le cas sur d’autres modèles. Si vous comptez utiliser l’iPad mini pour travailler – et écrire, l’utilisation d’un clavier Bluetooth se révélera indispensable. Ce qui est plutôt contradictoire avec le caractère nomade du produit.

Conclusion

Si l’on s’en tient aux usages auxquels l’iPad mini est destiné (Web, vidéo, lecture), la nouvelle tablette compacte d’Apple est donc une réussite. Le design est enfin digne d’un appareil de 2021, son écran s’améliore et sa puissance est sans limite. Le format, qui s’adresse à une clientèle plutôt restreinte, lui permet de se glisser dans n’importe quel sac ou d’accompagner l’utilisateur dans les transports.

Mais l’iPad mini souffre de deux défauts majeurs. D’une part l’impossibilité d’en faire un outil de productivité sans clavier Bluetooth extérieur, d’autre part un prix trop élevé de 559 euros. Vendu 110 euros de plus, l’iPad Air sera un meilleur choix pour ceux qui désirent aussi travailler sur leur tablette.



Source [ BFMTV ]