Lionel Gougelot, édité par Clément Perruche

C’est un des effets collatéraux du Covid. Pour combattre la dépression, un numéro national de prévention, le 31 14 est mis en place depuis vendredi. L’objectif est de soutenir les personnes dépressives pour éviter qu’elles ne passent à l’acte. C’est le CHR de Lille qui pilote ce numéro d’urgence, ouvert 24 heures sur 24. Reportage.

REPORTAGE

C’est un fait désormais connu : le Covid a mis à mal la santé mentale des Français. Selon une étude, quatre personnes sur dix estiment que leur dépression s’est aggravée à la suite du premier confinement. Pour combattre ce fléau, un numéro national de prévention du suicide a été lancé vendredi, le 31 14. C’est le CHR de Lille qui a été désigné pour être le pôle national en charge du développement de ce numéro d’appel gratuit.

Désamorcer les situations de crise 

« Si vous m’appelez aujourd’hui, c’est que vous avez besoin d’aide », explique l’un des répondants du CHR de Lille au téléphone à l’une des personnes en détresse. Tous sont des soignants qui ont été spécialement formés à l’écoute. « Sur la durée, il faudra peut-être mettre en place un suivi pour que vous soyez accompagné. Il y a aussi des associations qui peuvent être à votre écoute et qui sont spécialisées », poursuit le répondant.

Le centre d’écoute apporte des conseils mais aussi des informations sur les dispositifs d’aide aux personnes aux tendances suicidaires ou en détresse. « C’est très difficile d’en parler à un proche. C’est un sujet que l’on ose pas aborder et lorsqu’on essaie de l’aborder, parfois, il est balayé du revers de la main parce que c’est une situation très difficile, très tendue. Ce numéro permet de pouvoir désamorcer des situations de crise », explique Pierre Thomas, le coordinateur national de la prévention du suicide.

Soutenir les familles

Selon Charles-Edouard Notre-Dame, le coordinateur du 31 14, cette aide est également essentielle pour les entourages endeuillés par un suicide : « Il y a des études récentes qui ont montré que de manière directe ou indirecte, lorsqu’une personne se suicide, c’est 130 personnes de son entourage qui sont affectées. Et c’est très difficile parce que le deuil après le suicide est particulièrement douloureux et vecteur de culpabilité. Et il est nécessaire de pouvoir apporter une réponse qui soit adaptée, spécifique ».

Le 31 14 est gratuit, confidentiel et accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.



Source [ Europe 1 ]