Né en 1907, mort en janvier 2001, Pierre Leyris traduisit quantité d’auteurs anglophones parmi lesquels William Blake, Emily Brontë, Charles Dickens, Shakespeare, dont il dirigea l’édition des œuvres complètes au Club français du livre dans les années 1950, mais encore Yeats, Hawthorne, Stevenson ou Edith Wharton

Il fit également découvrir au public francophone la poésie de John Clare, de Gerard Manley Hopkins ou celle de TS Eliott. Fondateur en 1964 de la prestigieuse collection Domaine anglais  au Mercure de France, auteur de plusieurs anthologies de poésie anglaise et américaine, il fut l’un des traducteurs les plus réputés de sa génération. 

En 2002, peu après la publication posthume d’un journal rédigé la dernière année de sa vie, intitulé Pour Mémoire, Ruminations d’un petit clerc à l’usage de ses frères humains et des vers légataires, Marie du Bouchet lui consacrait une émission pour Surpris par la Nuit

Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Isabelle Berman, Philippe Jaworski et Pierre Pachet y évoquaient ses qualités de traducteurs et d’écrivain. Timidité et excentricité, curiosité et discrétion, création empêchée, art de comédien, rigueur, effacement, souplesse, humilité, travail intuitif, modestie et autorité étaient quelques-unes des notions qu’ils évoquaient pour tâcher d’esquisser le portrait, sensible, à la fois pudique et intime, de celui qui fut aussi, tout simplement, leur ami. Un documentaire réalisé par Gaël Gillon, et diffusé pour la première fois sur France Culture le 29 mai 2005

  • Par Marie du Bouchet
  • Réalisation : Gaël Gillon
  • Surpris par la nuit – Pierre Leyris, un traducteur à l’œuvre : 1907-2001 (1ère diffusion : 29/05/2002)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France. 





Source [ France culture ]