Après huit succès consécutifs, le PSG a concédé son premier revers de la saison en Ligue 1, dimanche à Rennes (2-0), qui a puni l’inefficacité du trio Messi-Neymar-Mbappé. Cinq jours après un succès probant contre Manchester City (2-0) en Ligue des champions, le PSG a trébuché au moment où il s’y attendait le moins. Sous un ciel bleu, l’entraîneur Mauricio Pochettino a aligné son onze type, avec Gianluigi Donnarumma, en espérant prolonger la belle dynamique d’un collectif qui commence à se former. Mais Paris a oublié l’essentiel en Bretagne : marquer.

Succès pour les Rouge et Noir

Bien que dominateurs en première période, les Parisiens ont multiplié les maladresses face au gardien Alfred Gomis, l’un des Rennais de l’après-midi. Quand Kylian Mbappé a trompé le Sénégalais (68e), son but a été annulé par l’assistance à l’arbitrage vidéo (VAR), pour un hors-jeu au départ de l’action. Cette décision a été célébrée par le public du Roazhon Park, qui a bien senti que le vent de la réussite était derrière son équipe, comme en août 2019 (victoire 2-1) ou en mai 2021 (1-1).

Mais les Bretons ont aussi provoqué leur chance, en signant une performance pleine d’allant et d’intensité qui a fini par effacer la magie de Lionel Messi qui a perdu son premier match comme Parisien. La formation de Bruno Genesio a marqué deux buts coup sur coup, à cheval sur la mi-temps, avec un timing idéal pour eux, « qui a fait mal psychologiquement » au PSG, comme l’a reconnu Pochettino. Tout d’abord, juste avant la pause (45e), par Gaëtan Laborde, qui a pris de vitesse Nuno Mendes pour reprendre le centre de Kamaldeen Sulemana.

Flavien Tait en forme

Le meilleur buteur de Ligue 1 (6 buts) a initié le 2-0 d’un débordement sur l’aile droite. Sa remise en retrait a trouvé Flavien Tait (46e) qui a fait le break… 18 secondes après le coup d’envoi de la deuxième période. « Un but comme à la Playstation! », a reconnu le buteur. « Le PSG ne doit pas encaisser ce genre de but », a maugréé Pochettino de son côté. Cette action a mis en évidence l’opportunisme des Bretons autant qu’elle a interrogé sur la concentration des Parisiens qui ont montré des signes de nervosité, comme Donnarumma, averti pour contestation (55e).

Cette défaite, la première à l’extérieur en Championnat depuis Lorient (3-2) le 31 janvier, ne menace pas la mainmise au classement du PSG, qui conserve six points d’avance sur son dauphin Lens. Mais elle tombe à un mauvais moment, avant deux semaines de trêve internationale, sans rencontre à jouer pour évacuer ce mauvais souvenir. Après 15 matches consécutifs de Ligue 1 avec au moins un but, le PSG est resté muet, ne cadrant aucune de ses 13 frappes, malgré une première période intéressante, qui a confirmé la montée en puissance de la « MNM ». 

« Les 25-30 meilleures minutes de la saison », a salué Pochettino. Mais Neymar a perdu son duel face à Alfred Gomis (23e), bientôt imité par Mbappé, seul face au gardien sénégalais après une superbe ouverture de Messi (25e), et Angel di Maria (44e).

Messi trouve la barre

Une seule fois, Gomis a été battu. Mais le coup franc de Messi, plein axe à 25 mètres du but, s’est fracassé sur la barre transversale (31e). « C’est le tournant du match », pour l’entraîneur rennais Bruno Genesio. La suite a mis en lumière la face sombre de la « MNM », source de déséquilibres au sein du système tactique de Pochettino, pas au bout de sa réflexion sur la meilleure manière de faire jouer ses superstars.

Après les victoires à la dernière minute contre Lyon (2-1) et à Metz (2-1), le sursis est tombé pour un technicien dont la décision de remplacer Neymar, à la 75e minute, n’a pas eu l’effet escompté. Rennes a même semblé proche du 3-0, avec Martin Terrier (61e) et Sulemana (62e). Les Bretons ont failli bénéficier d’un penalty (81e), initialement accordé, avant que Rudy Buquet se déjuge après consultation du VAR. Enfin, quelque chose allait dans le sens du PSG, mais c’était bien trop tard.



Source [ Europe 1 ]