Jacques Serais, édité par Gauthier Delomez avec AFP
, modifié à

En déplacement dans un refuge SPA en Haute-Saône, Emmanuel Macron a annoncé vouloir renforcer la lutte contre les abandons d’animaux de compagnie et le doublement des aides aux refuges, portées à 30 millions d’euros. Un déplacement stratégique pour le chef de l’État, qui aborde un thème désormais central de la campagne présidentielle.

C’est un passage obligé pour tous les présidents de la République. Pour la journée mondiale des animaux, Emmanuel Macron s’est rendu lundi dans un refuge pour chiens et chats en Haute-Saône, à Gray, pour y faire des annonces sur le terrain du bien-être animal. Un thème désormais incontournable de la campagne présidentielle, deux ans après le score honorable du parti animaliste aux élections européennes de 2019.

Renforcement de la lutte contre les abandons

Le chef de l’État a défendu la proposition de loi pour renforcer la lutte contre la maltraitance animale qui vise à prévenir les abandons d’animaux de compagnie, où la France détient « un record en Europe ». Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé un doublement des aides aux refuges, portées à 30 millions dans le plan de relance. Aussi, le Président a insisté sur la nécessité de ne pas « opposer les mondes » entre défenseurs de la cause animale et éleveurs et chasseurs. « Tout le monde est attaché à la condition animale mais en même temps, nos compatriotes sont attachés à la ruralité et à des traditions », a-t-il affirmé.

Ce déplacement n’est pas un hasard pour Emmanuel Macron. Presque tous les candidats à la prochaine élection présidentielle consacrent une partie de leur programme au bien-être animal. L’écologiste Yannick Jadot propose par exemple la fin de l’élevage industriel. Une mesure approuvée par 82% des Français, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Il faut souligner que près d’un foyer français sur deux possède au moins un animal de compagnie. D’ailleurs, Emmanuel et Brigitte Macron ont également un chien, Némo. C’est un labrador noir croisé de griffon que le couple est allé chercher à la SPA, trois mois seulement après leur arrivée à l’Élysée en 2017.

47% des Français pourraient voter en fonction des propositions sur le bien-être animal

Depuis le général de Gaulle, tous les locataires du palais ont eu au moins un chien, comme si l’image de Président était forcément liée à la présence d’un animal domestique. Démarche sincère ou outil de communication ? Toujours est-il que la présence d’un chien ou d’un chat a le don d’augmenter naturellement le capital sympathie d’un politique.

Et cela, Emmanuel Macron le sait bien. À six mois de la présidentielle, il ne compte pas laisser ce terrain à sa principale concurrente, Marine Le Pen, qui s’affiche régulièrement avec ses chats. Selon un récent sondage de l’institut Ifop, 47% des Français déclarent qu’ils pourraient voter en fonction des propositions d’un candidat sur le bien-être animal.





Source [ Europe 1 ]